AG de la Meck-Moroni : la désinvolture

​La prochaine Assemblée Générale Ordinaire de la Meck-Moroni se tiendra le 13 novembre 2016 au foyer des femmes de Moroni. Au cours de cette importante réunion, les membres procèderont au renouvellement partiel des élus des instances dirigeantes dont la présidence du Conseil d’ Administration.    Le communiqué publié par la Meck-Moroni invite les candidats à ces postes de déposer leur candidature avant le lundi 7 novembre 2016 à 15h00. Les dossiers de candidatures exigées sont : un CV, une lettre de motivation et une photo ! Ces conditions sont ridicules et illégales pour une institution qui a plus de 40 000 membres et pèsent près de 10 milliards de Fc.  N’ importe qui peut se porter alors candidat à la présidence de la Meck-Moroni alors que pour éviter une telle éventualité, les statuts ont été révisés en 2003 pour instituer un collège des grands électeurs. En effet, pour faire respecter le quorum des Assemblées Générales de la mutuelle et  présélectionner les futurs élus, les élus avaient eu l’idée de mettre en place depuis 2003, un collège des grands électeurs reparti sur les 5 zones de la mutuelle. Après une phase pilote de deux ans, le collège des grands électeurs n’a jamais été renouvelé par les instances dirigeantes. La mise en place de ce collège des grands électeurs aurait permis de mieux organiser les assemblées générales annuelles, de respecter les textes qui régissent la mutuelle et de permettre aux grands électeurs d’étudier en profondeur les états financiers de la mutuelle.
 
Ainsi la Meck-Moroni n’est pas à l’ abri d’un coup monté par des candidats de mauvaise foi capables de mobiliser les membres sociétaires pour faire main basse à la première institution de microfinance du pays.
 
 
A l’issue de sa 17ème Assemblée générale Ordinaire  (AGO) du 4 octobre 2015,   votre blog avait titré, «  AG de la Meck-Moroni : une gouvernance mise à mal !”. Un titre qui n’avait plus à sa Directrice Exécutive qui est une fidèle lectrice  de ce blog et qui avait appelé le modérateur du blog pour solliciter une rencontre de travail. La rencontre a eu lieu et a duré plus de deux heures.  Nous avons cru qu’à l’issue de cette réunion, elle était convaincue de la nécessité d’améliorer la gouvernance de la mutuelle  notammentpar la  mise en place rapide du collège des grands électeurs. Malheureusement, rien n’a été fait en une année.
  
 
Au cours des travaux de l’assemblée générale de l’année dernière, les questions posées par les participants ont porté essentiellement sur la gouvernance de la mutuelle. Celle-ci a été contestée et mise à mal par les sociétaires membres de la mutuelle qui ont dénoncé le non-respect des textes qui régissent l’institution et l’appropriation des pouvoirs de l’AG par les élus et les salariés de la mutuelle. D’ ailleurs des membres sociétaires ont porté plainte devant la justice, contre certains dirigeants de la mutuelle. Les statuts de la mutuelle adoptés par l’assemblée générale du 26 mai 2002 qui n’ont jamais fait l’objet d’une actualisation sont constamment violés. La Meck-Moroni continue d’être régie par la loi du 30 mai 1986 portant sur les associations alors qu’une loi bancaire a été adoptée le 12 juin 2013. La zone géographique d’intervention de la mutuelle demeure la préfecture centre et la préfecture d’Itsandra hamanvou alors que la ville d’Iconi a ouvert depuis sa mutuelle. Avec plus de 40 000 membres, les assemblées générales de la mutuelle n’arrivent jamais à atteindre le quorum fixé par les statuts. Et pourtant l’assemblée générale est l’autorité suprême de la mutuelle selon l’article 20 des statuts. Cette assemblée générale a pour compétence  de s’assurer de la saine administration et du bon fonctionnement de la mutuelle de modifier les statuts et le règlement intérieur de la mutuelle, d’approuver les comptes et statuer sur l’affectation des résultats, d’adopter le projet de budget annuel et de définir la politique de crédit de la mutuelle. Des points qui ne sont pas toujours soumis aux AG.
 
 
En principe, pour délibérer, l’AG ne peut valablement délibérer que lorsque le tiers des membres ou les deux tiers des grands électeurs sont présents ou représentés. Lorsque le quorum n’est pas atteint, l’assemblée ne peut être convoquée de nouveau dans un délai de 30 jours. Si le quorum n’est pas encore atteint, cette deuxième assemblée peut être valablement tenue et doit porter sur les mêmes questions que celles indiquées dans le premier avis de convocation.
 
 
Les AGO  de la Meck-Moroni ne mobilisent qu’à peine 3 % des membres sociétaires, ce qui pose le problème de quorum qui n’est jamais atteint et de la légalité des décisions prises par ces grandes réunions annuelles. Et le quorum de la prochaine AG du 13 novembre 2016 ne sera pas atteint. Les membres seront  «  élus »  aux différents organes de la mutuelle alors qu’ils n’ont jamais été grands électeurs, condition sine qua non, selon les statuts, pour devenir élus. L’AGO est devenue une grande messe, un «  majliss » qui sert à valider parfois les disfonctionnement de la mutuelle.
 
 
Les élus de la Meck-Moroni et la Direction exécutive de la mutuelle n’ont pas entendu les doléances des membres sociétaires prononcées lors de la dernière Assemblée générale ordinaire  AGO du 4 octobre 2015. Ils organisent encore une fois dans la cacophonie et l’illégalité une Assemblée Générale ordinaire qui n’en est pas une.

Comores droit

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*