Ahmed Abdallah Mohamed Sambi n’a pas tiré les leçons de ses échecs

L’ancien Président de l’Union des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2016 continue ses tournées dans les différentes régions de la Grande Comore et continue de recevoir des délégations dans sa résidence de Voidjou. Dans ces tournées et visites, il est entouré par les rescapés de son entourage lorsqu’il était Président de l’Union.

image

Celui qui se présente aujourd’hui comme l’opposant numéro 1 de l’actuel chef de l’Etat, Ikililou Dhoinine, triomphalement élu en 2006, n’a pas encore fait son mea-culpa sur ses 5 ans de pouvoir. Et pourtant durant son mandat de 4 ans prorogé d’un an, il a régné sans partage et n’a pas respecté aucun de ses trois engagements de campagne : notamment la lutte contre la corruption et l’habitat insalubre. 4 ans et demi après avoir quitté le pouvoir, il veut revenir au pouvoir en s’appuyant sur la naïveté, la nonchalance de la population et sur ses discours mensongers et mielleux. Preuve qu’il n’a pas tiré les leçons de ses échecs, il s’appuie toujours dans ses tournées sur les mêmes personnes qui ont contribué à la ruine du pays.

Celui qui a enfoncé la Société Comorienne des Hydrocarbures et qui a privé le pays de carburant durant 2 mois en 2008 est toujours à ses côtés dans ses différentes tournées. Celui qui s’est enrichi à la société nationale des télécommunications est toujours présent dans les tournées. L’ancien ministre des finances, devenu député, qui nous a menti avec son mentor sur les 2 milliards de dollars octroyés par de la « Fondation Fatima » est toujours aux avant-postes.

L’ancien président Sambi qui nous a laissé à son départ du pouvoir, une économie sinistrée (un taux de croissance négatif durant des années) nous a produit un autre régime similaire au sien qui continue de tirer le pays vers le bas. Ah qu’il était beau le slogan de la campagne de l’élection présidentielle de 2010 du candidat Ikililou Dhoinine : le relais qui rassure. Le Président actuel et ses trois Vice-présidents ont été choisis effectivement par Sambi. Ils assument ainsi solidairement le passif de Sambi, puisque, l’actuel Président était son Vice-président durant 5 ans, le Vice-président en charge du Ministère de l’Aménagement du territoire était le Secrétaire Général du Gouvernement, le Vice-président en charge du ministère des finances, avait occupé le poste de Ministre des finances sous Sambi et le Vice-président en charge du ministère de la santé a occupé le poste de Ministre de l’éducation nationale.

Les autres dirigeants actuels sont des purs produits de l’ancien président qui ont ainsi perpétué les mauvaises pratiques de leur ancien guide. Les principaux partis de la mouvance présidentielle dont l’UPDC sont issus de l’ancien « Baobab » de Sambi. Le parti Orange, né avec les fonds détournés de la douane sous Sambi avait fait élire ses candidats avec une largesse financière inégalée dans l’histoire des campagnes électorales de ce pays. Il nous a produit l’actuel Gouverneur de l’ile autonome de Ngazidja.

Ainsi, si les Comoriens veulent continuer leurs descentes aux enfers, qu’ils élisent lors de la prochaine élection présidentielle, ces mêmes personnes qui règnent depuis 10 ans, qui n’ont jamais fait leur mea-culpa et qui ont le droit de se présenter ou de se représenter, pour une tournante qui risque d’être à durée illimitée. Haya, nala yele !!!

ComoresDroit

1 commentaire sur Ahmed Abdallah Mohamed Sambi n’a pas tiré les leçons de ses échecs

  1. Salam à tous.
    Une simple question; « un arbre produit des fruits, ces fruits on t’ils les mêmes formes?? Ces fruits ont ils le mêmes goût?? Et qu’ils soit doux ou aigre ont les appels par leur nom??.
    Alors pourquoi Comores info s’amuse t’il tout les jours à diaboliser, de descendre, à salir l’ancien président Sambi ?? J’ai remarqué une chose dans cette article, le pseudo journaliste qui ce cache derrière le pseudo  » COMORES DROIT  » ne mentionne aucun des noms des personnes citer ou pointé du doigt sauf celui de Sambi et de Ikililou une fois. Arrêtez de prendre les comoriens pour des moins que rien. Si vous avez des intérêts, n’écrasez pas pour gravir. Même l’islam l’interdit. À bon entendeur.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*