Aminata perd son enfant à cause d’un énième délestage à El-Maarouf

private-bebeC’est l’histoire d’une jeune femme. Elle s’appelle Aminata. Elle aurait très bien pu s’appeler « personne ». C’est la fille de personne, petite-fille de personne. Elle n’a pas la chance d’avoir un oncle qui a été directeur dans une société d’Etat, ni même gardien. Elle est sans-le-sou, mariée à un sans-le-sou. Bon, la nature a fait que même les pauvres font des enfants. Ils en font même beaucoup plus que les « riches ». C’est juste un peu plus compliqué pour eux.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Donc, Aminata est enceinte. Elle est même à terme. Elle attend des jumeaux. Un garçon et une fille. Ca ne l’empêche pas de se rendre dans le Washili pour les funérailles d’un membre de sa belle-famille. On ne lui aurait pas pardonné son absence. Donc elle y va, elle et son gros ventre qui abrite deux bébés. Elle part de Mboude pour Washili, dont la route a des nids-de -poule aussi grands que le cratère du Karthala. Le bus cahote un peu. Et Aminata, avec lui. Elle se cramponne à son siège et s’en remet à Dieu. Comme il est d’usage au pays du fatalisme. Elle finit par arriver. Et va présenter ses condoléances à la famille du regretté.

Mais voilà qu’elle est prise de crampes. Elle perd les eaux. Elle doit accoucher en vitesse. Pas le temps de venir jusqu’à Moroni. Et puis, de toute façon, ce n’est pas comme si El-Maarouf « travaillait ». Elle accouche donc là-bas, dans le Washili. Deux beaux bébés. Un garçon et une fille. Le garçon est malheureusement un peu faible, il ne pèse pas bien lourd. On doit le transférer à Moroni. A El-Maarouf. A l’hôpital de référence. C’est là-bas qu’il y a les couveuses. On l’y transfert donc. Sans Aminata qui reste avec sa fille. Aminata, continue de prier. Son petit garçon s’en sortira.

Elle s’occupe de sa fille et prie pour son fils. Elle a le moral. Elle croit en Dieu. Et puis, un coup de fil. Un seul. En provenance d’El-Maarouf. Pudiquement, on lui dit que « son enfant est passé ». En termes plus crus, son enfant est mort. Dans un souffle, elle demande ce qui s’est passé. Et on lui répond : « alors que ton fils était dans la couveuse, l’électricité a été coupée ». Alhamdullillah. « Il me reste ma fille, ç’aurait pu être les deux », dit-elle.

Et l’histoire s’arrêtera là. Aminata n’est personne. Et chez elle, on ne porte pas plainte pour ce genre de choses. On s’en remet à Dieu. Le reste n’a aucune espèce d’importance. Un enfant qui meurt relève de la seule responsabilité de Dieu. Peu importe si c’est à cause d’un énième délestage, dans un hôpital qui se transforme au fil des ans en mouroir…

Faïza Soulé Youssouf/LGDC

3 commentaires sur Aminata perd son enfant à cause d’un énième délestage à El-Maarouf

  1. Bonjour, Celà ne sert à rien de « porter » plainte …
    Le système de « porter plainte » est mis en place par votre gouvernement.
    Vous vous plaignez de vos politiciens qui gouverne et qui ne fond rien pour vous ?
    Sachez que c’est pareil partout dans le monde. En France, nos politiciens mettent en place des choses et font de belles paroles, par contre ils laissent nos personnes âgées mourir dans la rue avec une retraite déplorable comparé au coût de la vie en France.

    Celà ne sert à rien non plus de vous en remettre à DIEU …
    Car DIEU ne fera rien pour vous. DIEU est tenu par la Loi du Libre Arbitre et « NE DOIT PAS » intervenir sur Terre.
    Donc si vous voulez que ça change c’est A VOUS de faire ce qu’il faut pour changer votre pays.
    Détrônez votre gouvernement, récupérer l’argent que les riches de votre pays ont et partagez le.
    Pour ceux qui savent lire et écrire, renseignez vous sur ce que sont des « tueurs d’économie » dont l’Afrique a été victime …
    Enseignez à vos enfant le savoir car le savoir est la clé qui peut vous libérer. Néanmoins c’est à vous de bouger et de faire les pas.
    N’attendez rien des autres, car c’est A VOUS d’agir.

  2. la mort est un acte divin dont personne ne peut y opposer,mais chaque chose a son origine.Que justice soit faite!ce n’est pas tolerable face a l’elmaarouf tandisque ce ne guere la premiere fois d’une telle acte.Ainsi que nous citoyens de comores accuse aussi l’Etat comorien….

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*