Appui budgétaire de la Banque Mondiale : Le gouvernement reçoit un don de 5 millions dollars

Le gouvernement vient d’obtenir une bouffée d’oxygène de la part de la Banque Mondiale. Cette institution de Brettons Wood vient d’octroyer 5 millions de dollars à titre de don pour un appui budgétaire.

En marge du programme IPPTE qui vise à éponger la dette extérieure de l’Union des Comores, le gouvernement était en négociation avec la Banque Mondiale pour l’obtention d’un appui budgétaire. Et depuis le 17 octobre dernier, c’est chose faite. « Nous venons de terminer avec succès les négociations du don de 5 millions de dollars d’appui budgétaire de la Banque Mondiale », indique un membre du cabinet du vice-président en charge des finances.Mais ce don obtenu après d’âpres négociations qui ont eu leur point d’orgue à Madagascar la semaine dernière, n’est pas totalement acquis. Le décaissement de ces fonds est soumis à un certain nombre de conditions. A coté des exigences d’effectivité de la loi des opérations financières de l’Etat, il est demandé la « publication des rapports d’exécution budgétaire sur le site web de la CREF ou dans les journaux à couverture nationale et inclure les informations basiques sur les dépenses dans les secteurs sociaux ».

Et toujours dans le cadre des finances publiques, le gouvernement est obligé de produire « sur une base régulière (trimestrielle) les rapports sur les recrutements à chaque niveau du gouvernement (au niveau de l’Union et de chaque ile) et par ministère ou commissariat, aussi bien que des rapports mensuels des salaires et des arriérés, aussi par niveau du gouvernement et ministère ou commissariat, et publiés dans le site Web de la CREF », martèle notre source qui a assisté à la rencontre de Madagascar entre les représentants de la vice présidence en charge des finances et la Banque Mondiale.

Les exigences de la Banque Mondiale concernent aussi la bonne gouvernance économique. C’est pour le décaissement des 5 millions de dollars, que le gouvernement doit publier « sur une base régulière (tous les six mois) les licences de pêche issues et les redevances payées (incluant les blocs de paiement exemple la contribution financière à l’accord de partenariat avec l’Union Européenne) par régime d’accès », explique-t-on.

Il faut souligner que la plupart des exigences de la Banque Mondiale sont déjà respectées. C’est le cas de l’adoption par le gouvernement d’un décret préparé par la commission de lutte anti-corruption et instituant la déclaration officiel du patrimoine ou la mise en place de la plate-forme sur la gestion des risques et catastrophes. D’ailleurs, à l’issue de cette réunion de Tana, le ministère assure que « tous les justificatifs de ces mesures ont été produits, y compris la publication de tous ces textes dans le journal Officiel ainsi que sur le site de la CREF ».

A.A. Mguéni (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*