Assises nationales : Communiqué du gouvernorat de Mohéli

COMMUNIQUE

L’Exécutif de Mwali a donné son principe d’accord de prendre part aux assises nationales, initiées par le Mouvement du 11 Aout, pour faire le bilan de la gestion du pays durant 42 ans d’indépendance. Ce bilan devait permettre de dégager les zones d’ombre et les moments forts de notre histoire ainsi que de notre vivre ensemble, et d’en tirer les enseignements pour l’avenir.

En outre, l’Exécutif de Mwali, s’est écarté de toute idée de la politique de la chaise vide, et s’est engagé à accompagner cette initiative du Mouvement du 11 Août et soutenu par le Président de la République.

C’est ainsi qu’après les ateliers thématiques, les élus de Mohéli (Conseillers de l’ile, Maires…) avec l’Exécutif de Mwali se sont réunis le 29 janvier 2018 pour faire le point ensemble.

Il ressort des analyses, que le climat qui a prévalu tout le long des ateliers thématiques, n’a pas permis une expression démocratique des participants.

On a noté une sensibilité non équitable des délégués de l’Union fortement représentés, notamment à l’atelier thématique axe I, Thème 1.1 : « Les institutions Politiques et leurs Fonctionnements » lors des débats, avec des prises de position qui se sont écartées de l’esprit des assises nationales et de l’objectif des ateliers thématiques.

De surcroit, tout constat fait à la tenue de cet atelier thématique, le format des participants a révélé une sous représentation des forces vives de la nation (Représentants des Institutions, Genre, Société Civile, Parti Politique, Jeunesse…). Le débat s’est déroulé dans un sens unique, et dans un cadre de monopole d’expression réservé aux seuls représentants de l’Union.

Le travail des experts s’est également éloigné de la démarche consistant à faire un diagnostic non partisan et sans complaisance sur les forces et faiblesses de la gouvernance du pays et de ses systèmes institutionnels, en orientant le débat vers la fustigation du système de la présidence tournante et l’autonomie des iles. Prôner une table rase des institutions traduit par la même occasion un Coup d’état institutionnel, étant entendu qu’en vertu de l’article 42 de la Constitution de l’Union des Comores : « Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’elle porte atteinte à l’unité du territoire et à l’intangibilité des frontières internationalement reconnues de l’Union ainsi que de l’Autonomie des iles».

Eu égard à ce constat, les élus de Mwali, réitèrent son appel à des assises nationales populaires, inclusives, et transparentes dans le cadre d’un débat libre et démocratique respectant la légalité institutionnelle.

Aussi, les assises nationales prévues du 5 au 12 février 2018, ne peuvent pas être organisées dans les mêmes conditions, ni dans le même format de représentativité.

Convaincus, que la tenue des assises constitue une opportunité pour consolider les acquis institutionnels, politiques et démocratiques retrouvés (Autonomie large, l’Unité, la Paix, la Démocratie, la stabilité, l’Attenance pacifique au pouvoir …) les élus de Mwali exhortent toutes les consciences à éviter tout dérapage aux conséquences imprévisibles.

Enfin, les élus de Mwali tiennent à porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale, qu’ils se désengagent des conséquences qui découleraient de toutes manœuvres visant à conduire le pays dans une aventure institutionnelle incertaine, et des décisions qui toucheraient aux principes et aux fondements de la Présidence Tournante de l’Union des Comores et à l’Autonomie des Iles, conformément à la Constitution.

Fait à Fomboni, le 30 Janvier 2018

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*