Assises nationales : entre rêves et réalités, quel gachis !

On nous annonce depuis une semaine,  à coups d’une campagne intense à voix unique et de gongs dans nos villes et villages la tenue des assises gouvernementales pour le 5 février. Soit. Qu’en est-il en réalité, entre la volonté du pouvoir Azali et de ses serviteurs, usurpateurs des assises nationales initiées par le Mvt du 11 aoùt et la réalité sur l’ensemble du territoire national ?
D’abord le format du prochain show.

Seuls les courtisans du pouvoir sont à pieds d’oeuvre pour les préparatifs de ce grand meeting. Les opposants sont excommuniés, interdits de prise de paroles partout sur le territoire national y compris dans les mosquées. C’est la voix unique, la voix du maître à penser et de ses zèleux courtisans. Aucune voix discordante n’est acceptable pour le gouvernement et les journalistes sont pourchassés, poursuivis pour diffamation et menacés d’internement. Abdallah Agwa est un exemple probant. Des citoyens sont coffrés à Anjouan. A Ngazidja le climat devient de jour en jour lourd et les libertés de plus en plus confisquées. Rien ne va dans le sens du bien-êtte des citoyens. Les prix de ptoduits de base flambent partout sans que le pouvoir s’en emeut. Il est pris dans le tournis de ses assises. Comme le peuple ne comprend rien et ne voit le moindre interêt si ce n’est une remémoration de l’histoire du pays que nos eminents professeurs d’histoire pourraient mieux faire. Les thèmes retenus pour le show du 5 fevrier prochains conviennent bien à un programme de master I et II de droit public et administratif à l’université ou dans un instittut d’études politiques et non aux nécessaires décisions à prendre de bonne gouvernance et de justice impartiale et équitable pour les Comoriens. C’est parceque les Comoriens se rendent de plus en plus compte du bleuf que sont ces assises gouvernementales qu’ils desertent les places publiques à l’arrivée des propagandistes du show gouvernental du 5 au 12 fevrier prochain. C’est donc au pas de charge que vont se realiser  les assises gouvernementales.
 Non. 
Ne nous refaites pas les leçons de l’histoire de notre pays de ces 42 ans car elle est bien connue. Nous avons besoin de la bonne gouvernance, une justice impartiale, une lutte implacable et sans pitié pour les voleurs de l’Etat qu’il faut traquer et les passer à la corde, une volonté d’appliquer partout, sans état d’âme les lois et les regles en vigueur, et surtout un fervent amour du pays et de son peuple.                    
A moins d’avoir un projet malsain, inavouable et dont on cherche des complicités à exiber après le coup tordu, franchement avons-nous besoin de depenser tant de millions pour aller à un méga pique-nique durant 7 jours à se faire niquer nos consciences ? 
Mon Dieu ! Quel gachis !
Ibrahima Mhoumadi Sidi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*