« Avoir les Comores sera la médaille d’or »

 

L’Île Maurice, qui accueillera les prochains Jeux des îles, est déjà au travail pour organiser l’édition du 40e anniversaire qui doit aussi être celle de la réconciliation avec les Comores. Le point avec le ministre de la Jeunesse et des Sports mauricien Yogida Sawmynaden.

Jeux des îles 2019

Déjà presqu’un an que les Jeux des îles se sont refermés à la Réunion (1er au 8 août 2015), dans un sentiment mitigé de fiasco diplomatique et de réussite sportive. L’horizon se situe désormais devant, dans trois ans pour la prochaine édition. On en sait un peu plus sur les contours des prochains Jeux de 2019, pour la 10e édition et la célébration du 40e anniversaire. Pour la troisième fois, après 1985 et 2003, c’est l’Île Maurice qui les accueillera. Le travail a déjà commencé. Si du point de vue des infrastructures l’inquiétude est minimale, compte tenu du savoir-faire mauricien en matière d’organisation, cette dixième édition des Jeux a déjà commencé côté sportif, avec le choix des disciplines, mais aussi côté diplomatique, où la réintégration des Comores apparaît comme une mission délicate. « Ce sera les 10e Jeux et les 40 ans. Il faudra le faire de manière grandiose, estime le ministre de la Jeunesse et des Sports mauricien Yogida Sawmynaden, en poste depuis décembre 2014. On a un gros défi à relever mais on va le faire. »

Avec les Comores ?

Le drapeau des Jeux était bien parti vers Moroni après la cérémonie de clôture des 9es Jeux des îles le 8 août 2015, malgré le départ de la délégation dès la cérémonie d’ouverture. Mais le président du Comité national olympique des Comores, Ibrahim Ben Ali, avait été sommé de le rendre pour confier officiellement l’organisation des Jeux 2019 à Maurice lors de la dernière réunion du Comité international des Jeux, le 17 février dernier, avant de claquer la porte. « Nous nous sentons humiliés. Une fois de plus, les règles des Jeux des îles de l’océan Indien ont été bafouées », disait-il alors. La présence ou non des Comores à Maurice en 2019 est une énorme interrogation. Qui se joue sur un terrain diplomatique pour l’instant laissé en jachère. « Les Comores ne sont pas très contents », avance du bout des lèvres Yogida Sawmynaden.

Les relations diplomatiques sont rompues depuis le dernier conseil du CIJ. Elles devraient reprendre à Madagascar qui organisera les prochains Jeux des jeunes où les Comores seront bien présents, alors que ni levée de drapeau ni hymne ne s’y déroulent, ce qui simplifie grandement les choses. Alors qu’à Moroni plane l’impression de s’être fait « voler » les Jeux par l’Île Maurice, Yogida Sawmynaden se pose en médiateur. « Je milite pour avoir ces Jeux à Maurice pour avoir les Comores et Mayotte sur le même pied d’égalité, plaide-t-il. S’il y avait eu les Jeux aux Comores, ça aurait été compliqué pour Mayotte. Maurice est la terre neutre pour accueillir Mayotte et les Comores. »

« Il va falloir se mettre d’accord et ne pas attendre un mois avant les jeux »

Le terrain semble effectivement plus favorable, alors que la Réunion, avec qui les relations sont plus que fraîches, affirme par la voix de la nouvelle présidente du CROS, Monique Cathala, qu’elle « gardera sa ligne de conduite. Mayotte est un département français comme nous et en cela ils ont droit à la Marseillaise et au drapeau tricolore. » Il faudra donc en passer par une sérieuse modification de la charte des Jeux, et un gros effort de chaque côté pour que la fête soit réussie en 2019. Le sujet devrait être au cœur des débats lors de la prochaine réunion du CIJ en février 2017. « Il va falloir se mettre tous d’accord rapidement et ne pas attendre un mois avant les Jeux », appelle de ses vœux Monique Cathala. « Je suis sûr que les Comores vont venir, promet Yogida Sawmynaden. On a trois ans pour travailler là-dessus. Les Jeux c’est la fraternité des îles. Avoir les Comores sera la médaille d’or des Jeux. » La compétition s’annonce rude.

Un village-bateau ?

Les travaux n’ont pas commencé pour les sites qui accueilleront les épreuves sportives. Mais le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’Île sœur assure « qu’un nouveau gymnase et une piscine » seront construits pour l’occasion.

Les épreuves d’athlétisme se tiendront, comme en 2003, dans le stade de Bambous, sur la côte ouest. Le stade d’Anjalay, à Pamplemousses, devrait voir les épreuves de football. Pour les autres, ça reste à définir alors que le travail est déjà lancé. « Le Coji est déjà en place et a eu plusieurs séances de travail, assure Yogida Sawmynaden. Les sous-comités travaillent toutes les semaines. C’est vraiment avancé et on commence à travailler pour la cérémonie d’ouverture. »

Côté logistique, le ministre prévoit une délégation de « 2 500 personnes ». Pour les loger, trois options sont avancées. Deux constructions en dur, et une autre beaucoup plus originale : un bateau. C’est cette dernière qui a la faveur du gouvernement. « On peut intégrer le village à l’intérieur d’Heritage city, une nouvelle cité construite, expose le ministre. On peut aussi construire des appartements pour les revendre ensuite ou alors affréter un paquebot. Nous avons déjà pris contact avec plusieurs croisières. Je pense que ce serait l’idéal ».

À l’Île Maurice,

Hervé Brelay (avec MC)

clicanoo.re

3 commentaires sur « Avoir les Comores sera la médaille d’or »

  1. Notre dignité nationale est bafouée par nos dirigeants comme par nos anciens maîtres, la France et ce depuis notre indépendance. Oui nous vivions en France parce que nous n’avons pas le choix. Nous sommes assis le cul entre deux chaises. Comoriens d’origine mais français de nationalité. Ceci dit les Maorais ne sont pas mieux lotis. Donc réglons un problème à la fois si possible. Nous avons été humiliés, nous attendons des excuses franches, des actes clairs et tranchés. Tout comorien digne de ce nom ne doit pas participer aux jeux de l’Océan Indien à Maurice. En aucun cas nous devons subir cette humiliation. Assez c’est ASSEZ!

  2. cher frère mlazindru, le but de la france c’est de ramener les comores devant un fait accompli, et elle réussira car nos hommes politiques ne sont pas sérieux, déjà la Réunion entend dire que maintenant mayotte est département, il faut que le statut de la coi évolue et donc on se dirige vers quelque chose d’encore humiliant de notre pays après celui du retrait des jeux de 2O19 et vous verrez azali sera humilié comme il a été en 2OO5 poussé à retirer le dossier mahoarais de l’assemblée générale des nations unies.Déjà les préparatifs sont en cours avec l’invitation des ulémas par l’ambassade de france à rompre un soir le jeune à sa résidence, vous verrez ironie du sort, azali actera mayotte et siégera à la coi en tant que membre à part entière.

  3. Mayotte et Comores, Mayotte ne sera jamais au même pied d´égalité que les Comores.
    Sois vous respectez la souverainité de Comores, soit la tention continuera. Je ne sais pas si M. le Ministre suit ce qui se passe à Mayotte actuellement. Ca ne fera qu´aggraver la situation. Si Mayotte est ubn département, ce n´est pas le problèmme de la France. Elles est pour les comoriens comorienne.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*