Azali : La voie royale pour supprimer la tournante

Du lèche-bottisme ! Voila ce que font les partis politiques comoriens face à Azali Assoumani. Ces partis jadis aboyeurs sont rentrés dans les rangs et ne pèsent désormais plus rien à force de courir derrière le pouvoir. Des larbins ? Des pantins ? Toujours est-il qu’Azali Assoumani bénéficie d’une voie royale pour entreprendre tout ce qu’il veut sans que quiconque ose placer un mot de travers à son encontre. Tour à tour, les partis de l’opposition (vraiment ?) ont rejeté le parti Juwa à commencer par le Radhi et le Rdc. Le parti de Msaidié justement fait les yeux doux à Azali puisqu’il se murement que le nouveau gouvernement ne serait que de transition pour organiser les assises. Justement, pour ces dernières, aucun parti ni un leader n’ose dire qu’il est contre cette organisation alors que Azali avait refusé d’y participer avant son avènement au pouvoir. Aujourd’hui, il veut en être l’organisateur sur fond de suspicions entourant la suppression de la tournante. Sans opposition, sans une voix discordantes, qu’est-ce qui peut empêcher le régime actuel d’en finir avec la tournante ? En tout cas, ce ne sont pas Orange, Juwa, Rdc, Radhi et Crc qui ont prêté allégeance au président de la République qui vont l’en dissuader.

 

A voir aussi:

1 commentaire sur Azali : La voie royale pour supprimer la tournante

  1. On ne se livre pas à l’ennemi facilement.
    Azali est l’ennemi public.car, il ne cesse de mettre en péril la nation. Et si la population et les anjouanais se laissent berner par ce petit colonel obnubilé par le pouvoir, les instances Internationales interviendront en utilisant le droit d’ingérence.

    Azali doit réfléchir avant de modifier la constitution. Il a réussi à quitter le pouvoir vivant, aujourd’hui il sera neutraliser.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*