Azali sera accueilli à Paris par une plainte pour « crimes » de tortures

Plainte pour crimes de torture,traitements dégradants , humiliants et violences politiques aux Comores

Apprenant le séjour et l’arrivée prochaine en France d’une délégation des autorités politiques , civiles et militaires comoriennes , j’ai personnellement répondu favorablement à l’appel du collectif des victimes du régime du colonel Azali Assoumani.

Cette organisation mise en place par l’ONG S.O.S Démocratie aux Comores, le CNT, l’union de l’opposition et le CCED aident et soutiennent les victimes des crimes de torture , des traitements dégradants et humiliants â deposer plainte à l’Etranger contre l’Etat comorien.

Ainsi , des plaintes ont été déposées contre l’Etat comorien et d’autres nominatives , donc visant personnellement des responsables comoriens , seront déposées dès leur arrivée sur le territoire français ou d’un autre pays signataire de la convention de New-York sur la torture.

Les plaintes se basent sur la convention de 1984 contre la torture , ratifiée par les Comores ,la France et de nombreux pays membres des Nations Unies et que la France l’a utilisée à des nombreuses reprises par le passé.

Ces plaintes contre le regime du colonel azali visent des faits de torture et des traitements inhumains et humiliants a l’encontre de ses opposants

Le président Azali Assoumani et ses complices doivent comprendre qu’une nouvelle forme d’actions engagées par les victimes de leurs crimes visent à mettre fin a l’impunité dont ils bénéficiaient jusqu’à maintenant et que désormais, ils n’ont nulle part à se cacher ou se réfugier. Nous allons nous saisir de tous les instruments du droit international en vigueur pour mettre fin à la torture et traitements dégradants et humiliants dont sont victimes les opposants au régime de Moroni car comme l’a déclaré Monsieur Michael RATNER ,Président du CCR  » un tortionnaire est un ennemi de l’humanité  »

La France saisie de ces plaintes se trouve dans l’obligation d’enquêter et de poursuivre les dirigeants comoriens et leurs complices comoriens et étrangers pour leur responsabilité dans les crimes de torture et traitements inhumains, dégradants et humiliants.

Juridiquement et en vertu de la convention de New-York de 1984, la France n’a d’autre choix que d’ouvrir une enquête lorsqu’une personne présumée avoir commis des crimes de torture se trouve sur son territoire. Les victimes de ces faits demandent l’ouverture d’une enquête et des poursuites pénales dans tous les pays signataires de cette convention. L’impunité d’un gouvernement auteur des crimes de torture est toujours intolérable et les grandes puissances , parce qu’ils sont une démocratie ne doivent pas encourager , sous aucun prétexte, l’impunité de la dictature. La tolérance des Grandes Puissances à la dictature devient de plus en plus insupportable et les comoriens ne le supportent plus et ce d’autant que les autorités judiciaires territorialement compétentes pour les juger font preuve d’indifférence aux sort des victimes de ces crimes et ce malgré les protestations des organisations de la société civile, des organisations internationales de défense des droits de l’homme , des signalements du comité des Nations Unies pour le respect des droits humains .

Communiqué de Said LARIFOU


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*