Bilan Azali: Institutions, l’irrespect chronique

S’il y a un domaine  qui fait froid dans le dos, c’est celui des relations entre les institutions. Dans un discours au palais du peuple lors du séminaire sur les pratiques parlementaires, le président Azali Assoumani s’était fendu de cette phrase «  je n’ai jamais eu une majorité parlementaire et pourtant ça ne m’a jamais empêché de gouverner ». Entendez par là qu’il s’en fiche éperdument des péripéties de l’assemblée nationale. Outre le parlement, Azali n’en a que cure de la cour constitutionnelle. Celle-ci avait demandé à ce que la commission anti-corruption soit remise en place, qu’une élection partielle soit organisée pour trouver le remplaçant d’Eridine Soula, mais Azali n’en a pas donné suite. Il n’a même pas daigné recevoir les membres de la cour pour la traditionnelle présentation des vœux de nouvel an. En conclusion, on peut estimer qu’il y a Azali et sa cour royale rapprochée et il y a les autres loin là-bas. Il faut tout même souligner que le président a créé une autre institution à savoir l’office national de la vanille pour booster ce secteur.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*