Bourde d’Azali sur Tv5: « À mon avis, Azali n’était pas à l’aise »

La question qui nous est appelé à répondre aujourd’hui est simple : c’est où va le pays et ce que veut vraiment le président Azali ?

Point par point je commence par l’actualité qui fait polémique suite au passage du président sur Tv5. À mon avis Azali n’était pas à l’aise. C’est beaucoup plus simple que chercher des tonnes de polémiques. Il sous-entend d’un côté que Mayotte est un pays et de l’autre côté il explique qu’il cherche une solution pour une libre circulation entre nous car on est les mêmes de par la même famille, religion, mœurs et les coutumes.

Il m’a mis à terre car, si être président c’est être capable de dire des bêtises comme ça et ne pas maîtriser les sujets stratégiques de son pays en prétendant intervenir aux médias internationaux, je dis: pourquoi pas moi ?

Bref, un chiasme de Kennedy nous martèlent de « ne pas demander ce que nos pays peuvent faire pour nous mais ce que nous pouvons faire à nos pays ‘ » . Alors, ce que nous pouvons faire mes amis par les moyens qu’on a, c’est dénoncer les mauvais comportements et les stratégies purement personnelles qui oppriment l’intérêt général, que ca soit du pouvoir ou d’ailleurs.

On était derrière Azali pour chasser les démons et surtout qu’on avait pas le choix du destin qui nous a été imposé. Pour ma part je ne le regrette moins car à peine arrivé au pouvoir il a surmonté un pas difficile: le couchemard de l’électricité.

Mais en même temps il a rehaussé son salaire et un grand pas des nominations que je dis plutôt familiales que d’autres pensent que c’est villageois or que sa ville et sa région sont écartées comme ceux qui le pensent, et que surtout les gens habituellement cités à liste circulaire ne sont que des postes confirmés et non des nominations comme on a prétendu nous expliquer.

L’autre côté ici les taxes douanières et le pouvoir d’achat asphyxient les comoriens. Sincèrement si Azali explique qu’il a pris cette décision pour le bon fonctionnement de l’électricité il n’y aurait jamais de doute mais ce qui nous gêne plus c’est le silence alourdissant des ces taxes en flambée sans aucune explication.

L’autre question épineuse c’est les assises déguisés en propagande. Ceux qui ont abandonné la commission ont le soupçon qu’ils sont utilisés pour le but de changer les règles de la tournante. On a le droit de dire non sur simple principe. La première tout comorien a droit de parler et surtout qu’il est chez lui aux Comores.

Le pays n’appartient ni à Azali ni à Moustoidrane, ni à un clan. S’il s’avère vrai on ne change pas les règles pour rester au pouvoir, on n’est ni chez Muggabé ni au Congo. Je dis Vive #Anjouan2021. Si vous voulez changer les règles vous n’avez pas besoin d’assises : deux représentants votés et non nommés par moheli et anjouan . Je vous dit à la prochaine et recevez mes sincères salutations.

Ibrahim Mohamed

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*