Brèves de trottoir entre New York et Téhéran

Le photographe américain Brandon Stanton s’est rendu célèbre aux Etats-Unis, depuis deux ans, en tentant de photographier 10 000 habitants de sa ville, New York, et en associant à chaque image un court récit, une scène de trottoir. Son projet, simplement baptisé « Humans of New York » avait acquis une audience inattendue en quelques mois sur Facebook. Sa page rassemble aujourd’hui plus de 450 000 abonnés.

Depuis samedi, Stanton a délocalisé son projet en Iran. Il poste sur la même page Facebook des photos des Téhéranais qu’il croise dans la capitale iranienne. Il a également changé le bandeau de couverture de sa page, en inscrivant « Aadamhayé New York [les gens de New York en farsi] in Iran ».

De nombreux Iraniens se sont déjà abonnés à ses mises à jour et lui laissent des commentaires encourageants. « Montre au monde entier que l’Iran n’est pas dangereux ! », « Merci beaucoup d’être allé à Téhéran. Nous avons besoin que les Etats-Unis comprennent un peu mieux ce qu’est la vie en Iran. L’ignorance favorise la haine », ont écrits deux abonnés iraniens sur la page.

Voici l’une des photos et l’anecdote que Stanton y a associée :

 » J’ai expliqué à mon guide que je voulais photographier les gens ordinaires, mais il a été embarrassé lorsque j’ai arrêté l’une des premières personnes qui passaient. Mon guide a précipitamment expliqué à la jeune femme que je voulais photographier ‘les vrais gens de l’Iran’. Elle a rit et lui a répondu en farsi. ‘Qu’est-ce qu’elle a dit?’, ai-je demandé. ‘Elle a dit que la réalité faisait mal’, a répondu mon guide. »

Assal Reza

 




  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr


Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*