Brusque perturbation de la circulation hier à Moroni

comores-routeLe responsable syndical a soutenu que leur position reste fondée sur le respect du Protocole d’accord signé entre le gouvernement de l’Union et Wusukani wa Massiwa suspendant le paiement de la vignette jusqu’à la réfection du tronçon de route de Mde à Vuvuni.

La circulation routière a été brusquement perturbée hier en fin de matinée et cela a duré de bonnes heures. Cette situation a été causée par des saisies de véhicules qui ne se seraient pas acquittés de la vignette 2015. Les taximen, à travers leur syndicat, n’ont pas tardé à réagir. 

Un compromis sera trouvé dans l’après-midi, suite à des négociations entre le ministre de l’Intérieur, la gendarmerie nationale et le syndicat des transporteurs. Au terme de la rencontre, le secrétaire général du syndicat nous a confié qu’une issue a été trouvée et que tout rentrerait dans l’ordre aujourd’hui. Fahardine Saïd a affirmé qu’ils ont eu l’assurance du ministre de l’Intérieur qu’aucun élément de la gendarmerie ou de la police nationale n’allait verbaliser un défaut de la vignette 2015 avant qu’un accord soit trouvé entre le syndicat des transporteurs et le commissariat aux Finances de Ngazidja.

Le responsable syndical a soutenu que leur position reste fondée sur le respect du Protocole d’accord signé entre le Secrétaire général du gouvernement et le Wusukani wa Massiwa, qui suspend le paiement de la vignette jusqu’à ce que le tronçon de route reliant Bambao et Hambu à partir de Mde et Vuvuni soit refaite.

C’est en quelque sorte une crise de compétence qui serait à l’origine de cette violation dudit protocole. Car défendant l’opération de mise en fourrière de véhicule déclenchée, le directeur général des impôts de Ngazidja a laissé entendre que le protocole signé par le gouvernement de l’Union et Wusukani wa Massiwa n’entre pas dans son hiérarchie, et que le seul ordre à exécuter est celui venant du commissaire en charge des Finances de l’île qui a autorisé les arrestations des transporteurs qui ne se sont pas acquittés de la vignette 2015. «Je suis un responsable lié aux commissariats des Finances mais pas au secrétaire général du gouvernement ni au ministère de l’Intérieur, et j’obéirai aux ordres de mes supérieurs hiérarchiques», a dit Abdillah Ahamada.

Quant au commandant de compagnie de Ngazidja à la gendarmerie, Abdallah Ibrahim a souligné qu’il était de leur devoir d’intervenir pour rétablir la paix et faire en sorte que des négociations soient ouvertes entre le syndicat des transporteurs et le commissariat aux Finances de l’île pour trouver un compromis. «Notre intervention a été motivée à l’annonce de la fermeture des voies par les transporteurs, un acte qui peut conduire le pays aux désordres. Or, il est de notre devoir de veiller à la stabilité du pays, c’est ce qui a permis au commissaire Nassuf Kaissane d’ordonner à un agent de la direction des impôts de remettre les clefs aux conducteurs pour que des nouvelles discussions soient entamées entre le gouvernement insulaire et le syndicat nationale des transporteurs» a expliqué le chef de la compagnie de gendarmerie.

Ali Abdou/ Alwatwan

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*