En ce moment

Ce jour où le vice-président Djaffar était arrivé aux Comores sans le vouloir

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international et condamné par contumace, l’ancien vice-président président Djaffar avait bravé les interdits et était arrivé aux Comores. Ce jour-là notre VP prenait son avion depuis Paris à destination de Dar es Salam où il s’est installé sous la protection du haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Pourtant globe-trotter, il n’avait pas fait attention au plan de vol d’Ethiopian Airlines. De n’importe quel point de départ, l’avion se pose d’abord en Éthiopie avant de continuer vers les autres destinations. Et pour le cas des Comores, généralement l’avion fait un escale technique à Dar es Salam avant de venir à Moroni. C’est sur ce trajet que Djaffar pensait terminer son périple et regagner son domicile tanzanien.

Mal lui en a pris puisque ce jour-là l’avion a filé directement d’Addis à Moroni, reportant l’escale technique jusqu’au vol retour. C’est ainsi que le vice-président Djaffar s’est retrouvé aux Comores. L’information est remontée aux autorités qui ont préféré fermer les yeux. Pas la peine de décrire les convulsions qui avaient pris notre ancien héros national tombé dans les oubliettes.

Soulignons en revanche qu’en terme de droit Djaffar se trouvait dans une zone internationale tant qu’il n’avait pas franchi la portique du visa d’entrée (arrivée). Ce qui n’aurait pas pu empêcher nos autorités qu’on n’ignore pas de violer ce principe et aller arrêter le réfugié politique si tellement elles le souhaitaient.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*