Ce que Donald Trump pense de la France

Le président américain élu, qui succédera à Barack Obama le 20 janvier prochain, ne jette pas un regard tendre sur la France. Une hostilité ancienne, si l’on en juge par une interview donnée en 1987.

« La France n’est plus la France ». Cette sentence est signée Donald Trump. L’idée a été répétée plusieurs fois pendant sa campagne. Le candidat républicain avait asséné ce jugement une première fois dans le magazine Valeurs actuelles, considérant que « Paris n’était plus ce qu’elle était ». En septembre, il était revenu à la charge, évoquant une conversation avec des proches:

« J’ai des amis qui vont en France chaque année. Ils adorent ce pays. Je leur ai demandé: et cette année, comment ça s’est passé? Ils m’ont répondu: ‘on ne va plus en France. La France n’est plus la France’. »

François Hollande avait peu goûté cette sortie. « C’est quand on s’abaisse qu’on ne se ressemble plus », avait répliqué le président français.

Une France « mise en péril par le terrorisme »

Dans la veine des « no-go zones » évoquées sur Fox News, Donald Trump juge la situation française « catastrophique » sur le plan de la sécurité. Pour le républicain nouvellement élu, notre pays serait « mis en péril par le terrorisme ». L’été dernier, sur la chaîne NBC, il avait cité une liste de pays, dont la France et l’Allemagne, pour lesquels il envisageait de durcir les conditions d’entrée sur le territoire américain de leurs ressortissants. Les deux pays ont été confrontés à des attentats sur leurs sols.

« Si j’avais été au Bataclan, je peux vous dire que j’aurais ouvert le feu », avait aussi déclaré Trump. Une manière de défendre le port d’armes, qui reste outre-Atlantique un droit constitutionnel.

Des visas bientôt plus difficiles à obtenir?

Dans les mois à venir, il pourrait devenir moins aisé pour les Français de se rendre aux Etats-Unis: Donald Trump avait réclamé des « enquêtes poussées » sur certains citoyens, notamment français. Le président élu n’entend pas réitérer « la faute » des Européens, qui consisterait à « autoriser des personnes (des terroristes, Ndlr) à venir sur le territoire ».

Une autre proposition d’interdire l’entrée aux musulmans étrangers avaient aussi suscité un tollé. Beaucoup, dans le camp républicain, jugeaient cette restriction anticonstitutionnelle. 

Mitterrand? « Un type arrogant, totalement stupide »

En 1987 déjà, dans une interview au magazine américain Manhattan Inc. exhumée par Slate, le successeur d’Obama posait cette exigence que la France se voie dépossédée de ses capacités de frappe nucléaire. 

“Oui, ils (les Français, Ndlr) ont la bombe, mais ils n’ont pas aujourd’hui les capacités de frappe qu’ils auront dans cinq ans. S’ils n’y renoncent pas – et je ne parle pas de réduire, ni même de cesser de produire des bombes, parce que cesser ne signifie rien. Je veux dire se débarrasser de toutes leurs bombes. Et s’ils ne le font pas, j’imposerai à ce pays des sanctions tellement dures, tellement incroyables.” 

Au passage, Donald Trump avait aussi éreinté François Mitterrand, « un type arrogant, totalement stupide, qui essaie de regagner du terrain en vendant sa technologie nucléaire à tout le monde et c’est une honte, une honte. »

L’avenir dira si le président Trump traduira ou non en actes ses marques d’hostilité répétées à l’égard de la France.

Bfmtv.com

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*