« Ce qui se passe à Mayotte aujourd’hui n’est autre qu’un signal envoyé au colonel Azali »

Azali est-il confronté à la réalité du pouvoir?
Certes, les images déplorables montrant des enfants, des femmes en difficultés extrêmes sont violents et regrettables pour un territoire de la république . Mais, Azali ne peut rien faire pour remédier cette situation d’extrême gravité.

Tout d’abord, il vient d’être choisi par les comoriens et la France n’a pas vu de bon œil son élection. Il faut souligner que notre pays connaitra une situation difficile et que ce qui se passe à Mayotte aujourd’hui n’est autre qu’un signal envoyé au colonel Azali.
Ensuite, comme il n’a pas assez de marge de manœuvre pour se faire aimer par la France, il sera obligé de fermer les yeux pour ne pas heurter la sensibilité Française. Donc, il est forte probable que cette politique migratoire est délibérément choisie pour mettre en difficulté le nouveau président. D’ailleurs, Azali n’a jamais été clair sur la question de Mayotte.

image

Enfin, Azali fut président des Comores de 1999 à 2006, grâce à la complicité du gouvernement Jospin. Aujourd’hui, il est désavoué par le gouvernement socialiste. Comme il ne dispose pas d’amarre pour se tenir, car la France les a rompus, il est obligé de rester spectateur face à une catastrophe humanitaire.

Notons, qu’il fut une époque, où le colonel avait demandé de l’aide au colonel KADAFI, ce virage a été vu par la France comme une trahison. Par conséquent, Azali ne devait pas être crédible aux yeux de la France.

Il faut dire que le colonel, est confronté à un dilemme:
Soit, il dénonce les actes inhumains perpétrés par les Mahorais, au risque de froisser la France. Soit, il se tait pour tenter une réconciliation éventuelle avec son pays adoptif.

D’où, la préférence du colonel de fermer sa bouche face à l’inacceptable.

Imany

1 commentaire sur « Ce qui se passe à Mayotte aujourd’hui n’est autre qu’un signal envoyé au colonel Azali »

  1. Choqué par cet article, je l’avoue. Un président juste elu mais pas encore installé ne peut remplacer le ésent et enfiler immédiatement la blouse du malheur d’aujourdhui. Cette plume n’aurait-elle pas l’encre d’une certaine haine entre celle ou celui qui se nomme Imany et Azali, Je rappelle que de tous nos présidents, seul Azali avait une démarche clairement affiochée et entamée. Il a voulu reconcilier les comoriens de Mayotte et des autres îles. Il a institué le FESNACO qui devait permettre aux artistes de l’archipel de se rencontrer, de travailler ensemble et de lever ces barrières qui nous séparent. Il a mis en place la coupe de l’Unité et de la cohésion et a permis à nos jeunes de commencer à se rencontrer à travers les sports. Il a collaboré à l’emergence d’un GTHN qui devait etudier et proposer un pacte de bonne entente entre tous. Qui avait proposé autre chose auparavant et après, hormis ces discours à n’en pas finir à la tribune des nations? Non, ce qui se passe à Mayotte n’est pas l’affaire du seul Azali, c’est notre affaire à tous. C’est une humiliation nationale et notre nation a des responsables qui sont là, ici et maintenant. Le pouvoir Azali commence le 26 mai prochain mais d’ici là, le feu peut etre eteint, ce n’est pas impossible. Cette thèse de la France n’aime pas Azali est très fragile. Un pays ne se fait pas des amis, il défend des interets. La relation entre la France et les Comores ne dépend pas des têtes et leur forme mais bien d’autres considérations absolument majeures.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*