Choisir entre la voyoucratie et la démocratie !

Les Comores sont malheureusement aux mains d’une caste de voyous qui ne s’encombre d’aucune espèce de morale pour piller avec outrance et cynisme les maigres ressources de l’Etat et retarder l’avènement d’un état de droit dans ce pays. Cette caste s’incruste dans tous pouvoirs qui se succèdent dans ce pays, se batte pour conserver ces pouvoirs et s’adapte facilement dans les nouveaux habits de tout pouvoir. Elle assure le « relais » qui achève ce pays, transmis par les mêmes acteurs qui sont au pouvoir depuis plus de 20 ans et qui sont incapables d’apporter des solutions aux problèmes quotidiens de la population.

Ces voyous de la République s’incrustent partout. Ainsi, le pillage des ressources de l’Etat commence au niveau de la communauté. Les deniers des villes et villages y compris ceux des mosquées, des associations communautaires, l’argent du grand mariage sont gérés dans l’opacité totale. Un groupe d’individus s’accapare de ces ressources à des fins personnelles sans que cela n’émeuve personne et gère ces ressources selon leur bon vouloir. S’il y arrive que certains illuminés protestent de cet état de fait, ils ont rapidement mis sur le ban de la société.

Les organisations de la société civile sont aussi aux mains de ces voyous qui gèrent les fonds des associations dans l’opacité. Les instances des associations se réunissent rarement et aucune sanction disciplinaire n’est prise à l’encontre de ceux ou celles qui détournent les fonds. C’est l’omerta généralisée.

Au niveau du secteur privé, le sport favori, c’est l’évasion et la fraude fiscales. Les dirigeants des sociétés privés y compris les entreprises commerciales, les cabinets médicaux et certaines écoles privées font tout pour ne pas payer, les impôts de leurs employés qui ne bénéficient pour la plupart d’entre eux ni de contrat de travail ni de prestation sociale et ne pas aussi payer les impôts assujettis à leurs activités. Ils sont les premiers à corrompre les douaniers pour faire sortir leurs marchandises. Ils fixent des prix de leurs marchandises et de leurs prestations sans tenir compte des réglementations en vigueur. Les employés de ces entreprises privées ne sont pas en reste. Ils font tout pour voler le stock de leurs entreprises et leurs outils de travail. Ils abusent leurs patrons et leurs clients qui sont victimes de leurs malversations financières, notamment dans les institutions financières.

Au niveau de l’Etat, les voyous de la République se trouvent à tous les échelons de l’administration. Les chauffeurs qui détournent l’essence des véhicules et exploitent les véhicules à des fins personnelles, les secrétaires qui détournent et vendent les fournitures de bureau, les responsables qui dilapident et détournent les fonds des multiples régies financières de l’Etat, les administrateurs et Directeurs des sociétés d’Etat et entreprises publiques, qui établissement des fausses factures et budgétisent des prestations fictives, des responsables de projet et des autorités qui touchent des pots de fin et des commissions occultes dans les marchés publics, des fonctionnaires de l’Etat qui passent une bonne partie de leur temps de travail à des activités qui sont incompatibles avec leurs missions respectives, des Ministres qui engagent le pays dans des opérations occultes, signent des actes qui ruinent l’image du pays et compromettent son avenir.

Ainsi, les voyous de la République se trouvent à tous les échelons de la société et ils ont finalement pris en otage le pays. Ils se battent pour être toujours aux côtés des pouvoirs.

Ce 24 mars 2019, dans le cadre du 1er tour de l’élection présidentielle anticipée, la population comorienne a une chance unique de terrasser cette clique d’individus qui ruine ce pays. Elle a le choix entre les candidats de la poursuite de la décente aux enfers et les candidats qui prônent la rupture. Elle a eu l’occasion d’entendre et d’écouter tous les candidats pour faire son choix en son âme et conscience !

Comores droit

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*