Comment Azali Assoumani peut cautionner les dérives de ses collaborateurs ?

Depuis quelques mois et l’optique de l’organisation du référendum, les plus proches collaborateurs du président se lachent et sont auteurs de plusieurs propos scandaleux que tous les Comoriens déplorent. Pourtant, aucun d’eux n’a eu à subir la foudre de leur chef. Que ce soit Belou qui dit souvent « que ce que je dis, c’est ce que le président a dit », Moustadroine et dernièrement colonel Anrifi, aucun d’eux n’a rendu des comptes au premier garant de l’unité et de la cohésion sociale. Pire, Azali tresse souvent des lauriers à ces personnes en parlant de son fidèle allié Moustadroine ou en insistant sur le fait Kiki et Youssouf Idjihadi n’allaient pas rater les opposants. Pour rappel, le 12 février dernier, Azali Assoumani déclara que « je remercie les opposants qui n’ont pas troublé la tenue des Assises même si je sais que le ministre de l’Intérieur et le chef de l’Etat major n’aillaient pas les laisser faire ». En clair, les déboires des sbires assoiffés de pouvoir font le bonheur du président.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*