Communiqué/Cjsoi. Haute trahison nationale

Les jeux des jeunes des iles de l’océan indien se déroulent cette année en Union des Comores. La participation de la jeunesse mahoraise aux échanges sportifs avec les jeunes des trois îles sœurs de l’archipel a toujours été saluée par le peuple comorien. Ces compétitions permettent de renforcer les liens culturels, fraternels et d’amitié entre les générations qui partagent le même destin. En accueillant les jeux des jeunes des îles, le gouvernement comorien a relevé un défi majeur que nous tenons à saluer. Ces jeux ne relèvent pas de la compétence des fédérations, mais des Etat, et la participation des Mayotte, en tant qu’entité française, remet en cause les dispositions de la constitution et viole les principes sacro-saints de l’Unité et de l’Intégrité territoriale de l’Union des Comores.

La constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, révisée par la loi référendaire du 17 mai 2009, rajoute des dispositions importantes en son article 7.1, pour justement prévenir « tout mesure ou acte susceptible de porter atteinte à l’intégrité territoriale nationale, pris par une Autorité d’une île autonome ou de l’Union ». En autorisant la compétition Comores-Mayotte, les dirigeants de notre pays ont entériné un acte considéré par la Constitution comme « nul de plein droit. La loi fondamentale prévoit des poursuites judiciaires engagées contre les auteurs et donne pouvoir au président de la République, à celui de l’Assemblée nationale, à cinq députés de l’Union ou à tout autre citoyen, de saisir la Cour conditionnelle, pour constater la nullité de l’acte.

L’Union des Comores est composée des îles autonomes de Maoré, de Ndzuwani, de Mwali et de Ngazidja. En admettant la partie mahoraise comme une entité à part, les autorités qui ont entériné les compétions Comores-Mayotte ont transgressé la loi fondamentale. L’organisation du calendrier n’étant pas fortuite, la demande française de faire de Maoré une région ultrapériphérique de l’Union européenne au mois de juin prochain, coïncide ave la tenue de ces jeux.

Les poules de compétition Comores-Mayotte dans un tirage au sort présidé par le ministre des sports de l’Union des Comores est perçu comme un reniement historique de notre souveraineté sur l’île comorienne de Maoré. Nous demandons au président de la République de stopper cette dérive dangereuse qui discrédite notre pays. Nous soussignons, prenons à témoin le peuple comorien, qu’une telle initiative que le Ministre des sports tente de banaliser est purement et simplement un acte de haute trahison nationale.


Said Hassane Said Hachim, ancien gouverneur de Ngazidja

Ali Mroudjaé, ancien premier ministre

Abdallah Halifa, ancien président de l’Assemblée nationale

Colonel Abdourazaouk Abdoulhamid, ancien président de la Cour constitutionnelle

Dr Mouhtar Ahmed Charif, ancien ministre des affaires étrangères

Ali Malhaili, ancien ambassadeur des Comores en France

eliedjouma

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*