Comores-OIF : Les deux parties s’inscrivent dans le respect de la présidence tournante comorienne

Les 10 et 11 octobre se sont réunis à Erevan (Arménie), les 80 Etats et gouvernements de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), pour la 31e conférence ministérielle de l’organisation.

La 31e conférence ministérielle de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) réunie les 10 et 11 octobre à Erevan (Arménie) a été l’occasion pour le ministre des relations extérieures des Comores de rappeler le souci du gouvernement comorien « de respecter les échéances constitutionnelles pour une alternance réussie en temps voulu ».franco

« Je proclame ici, en écho à l’Union africaine, a déclaré le chef de la diplomatie comorienne, que rien ne doit perturber ou heurter le principe de la présidence tournante qui est un pilier de la réconciliation nationale comorienne ».

Et le ministre d’insister que rien « ne doit édicter de nouvelles règles non partagées, créer des conflits inutiles et des tensions sans fin », s’agissant de la présidence tournante dans son pays.

Le ministre Abdoulkarim Mohamed s’est dit convaincu que l’appui de l’OIF sera encore d’une très grande utilité lors de ces élections, adressant ainsi une invitation à peine voilée pour assister encore les Comores dans le processus électoral en cours.

« Le gouvernement comorien prendra toutes ses responsabilités pour faire respecter la constitution et laisser organiser les élections présidentielles suivant les règles prescrites », a encore dit le ministre, se réjouissant des engagements pris par l’OIF « pour appuyer et consolider le processus électoral comorien ».

La commission Paix et sécurité de l’Union Africaine dans sa session du 21 septembre dernier avait exprimé sa préoccupation face aux tentatives de certains acteurs politiques comoriens de remettre en cause le principe de la tournante.

Le conseil avait mis en garde contre ces tentatives et contre toute action de nature à créer des tensions et à compromettre les avancées enregistrées dans le processus de réconciliation et de stabilisation des Comores. Le chef de la diplomatie comorienne a demandé à l’OIF d’appuyer la voix de l’Union africaine pour une alternance au sommet de l’Etat qui respecte les règles établies.
Mohamed Youssouf / HZK-Presse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*