Comores / Pèlerinage 2012 : la commission des visas est attendue ce mercredi à Moroni

Sauf imprévue de dernière minute, la mission saoudienne pour l’octroi des visas pour le pèlerinage devrait être à Moroni ce mercredi 26 septembre. La commission nationale pour l’organisation du pèlerinage 2012, composée de voyagistes et des représentants du ministère des Affaires islamiques, attend avec sérénité l’arrivée de cette mission qui était annoncée pour jeudi dernier.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pour l’instant, l’entrée aux lieux saints de l’Islam est accordée à huit cents cinquante comoriens, suivant le quota accordé cette année à l’Union des Comores, qui vont recevoir leur visa. Cependant, la commission est en ce moment en attente d’une réponse à la demande de dérogation adressée aux autorités saoudiennes pour accorder le visa à trois cents cinquante autres passeports comoriens en attente auprès des agences.

“La mission va apposer les visas sur les huit cent cinquante passeports mais si d’ici là nous avons une réponse positive par rapport à notre demande de dérogation elle peut aussi attribuer les visas aux autres candidats aux voyages”, a déclaré le porte parole de la commission, Maldjafundi. Sur cet aspect, il déplore le retard que prennent les comoriens à soumettre leur candidature pour le pèlerinage.

De retour des lieux saints où il est allé régler quelques dossiers, notamment celui relatif aux logements, le président de la commission nationale aurait rassuré que tout allait très bien. “Nos logements se situent à une distance d’un km seulement des mosquées”, a raporté le porte parole de la commission. Le ministère aurait insisté sur le fait d’avoir des logements à une distance ne dépassant pas les 2 km des mosquées.

Un des nombreux sujets qui avaient engendré un conflit entre le ministère et les voyagistes lors de la précédente édition. D’après le porte parole de la commission, le problème vient du fait que l’on cherche toujours un logement à proximité de la mosquée et qui serait à moindre coût et qui respecte aussi les normes d’hygiène. Des critères souvent incompatibles. La question du transport en bus serait aussi réglée.

“Nous n’aurons pas, comme durant les précédentes éditions, des surcharges dans le bus. Ce sera un siège pour une personne alors que lors des précédentes éditions il arrivait qu’un bus de cinquante passagers embarquent cent personnes avec toutes les conséquences qu’on peut imaginer”, a soutenu Maldjafundi pour qui toutes ces dispositions justifient l’augmentation du package. Mais aussi cette année, le coût de la vaccination est fixé à vingt-un mille cinq cent francs comoriens. Un prix que déplore la quasi-totalité des candidats au voyage saint.

L’éternel problème de transporteur aérien semblerait ne pas susciter de l’inquiétude cette année. Le gouvernement aurait retenu la compagnie Yéménia pour cette opération. Il faut dire que cette année, du moins jusqu’ici, c’est la concertation qui caractérise le partenariat entre le ministère des Affaires islamiques et les voyagistes représentés à 80% au sein de la commission nationale chargée des préparatifs du pèlerinage.

Saminya Bounou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*