Comores Télécom : Les révélations de Mgomri

​«De nombreux cadres jouissaient d’une indemnité de logement de 200 mille fc, d’une dotation de carburant du même montant, de 100 mille fc de crédit, tout simplement parce qu’ils sont conseillers du directeur», a-t-il dénoncé au cours d’un entretien exclusif avec Al-watwan.
Ma surprise, ce n’est pas seulement de découvrir le recrutement, en l’espace de six mois, de 996 agents. Près de 500 personnes, extérieures à la société, bénéficiaient aussi de quotas d’entre 35 000 et 100 000 fc par mois pendant que près de 50 agents de Comores Télécom touchaient le salaire d’un directeur général». La phrase est signée Mgomri Oumara, le nouveau boss de l’opérateur public des télécommunications. Moins d’un mois après sa nomination, il s’est déjà fait une réputation après avoir décidé, sur recommandation du Conseil des ministres, de se débarrasser d’une partie du personnel.

Un arrêté ministériel annule, en effet, les actes de recrutement intervenus à partir du 1er janvier. Connu pour sa poigne, Mgomri Oumara vient, en outre, de mettre fin aux avantages que ses prédécesseurs avaient l’habitude d’accorder à une catégorie d’officiels dont les députés. «Aucun texte ne mentionne ces privilèges, qui plombent les finances de la société. On me dit que ces annulations sont illégales. J’aimerais bien savoir sur quelle loi se basent-ils pour affirmer cela. De mon côté, j’ai déjà averti les autorités compétentes», dit-il.Mais, ce qui le choque davantage, c’est de voir une cinquantaine de ses administrés bénéficier d’un salaire de 800 000 fc. «Ces cadres jouissaient d’une indemnité de logement de 200 mille fc, d’une dotation de carburant du même montant, de 100 mille fc de crédit, tout simplement parce qu’ils sont des conseillers », révèle-t-il.


Téléphones de marque Huawei

Et de se poser cette question : «Comment la société peut-elle sou- tenir la concurrence dans de telles circonstances.» Depuis vendredi, ces super conseillers dont quatre auprès du directeur régional de Ndzuani, quatre à Mwali et trois à Ngazidja, sont devenus de simples agents. «On m’a flanqué un conseiller qui m’a avoué lui-même ne pas savoir en quoi consistait son travail », a avoué Mgomri Oumara. Dernière surprise : ces centaines de téléphones de marque «Huawei » commandés sans la moindre étude de marché et qui auraient coûté près de 80 millions de fc. «Des téléphones qui ont été, certains d’entre eux, distribués gratuitement», dénonce-t-il.

Nazir Nazi/ Alwatwan.net

6 commentaires sur Comores Télécom : Les révélations de Mgomri

  1. vous venez de rependre votre poste apres 10 ans de vacances. quels regrets avez vous pendant la periode que vous avez gere cette societe? quelle votre nouvelle orientations technique et performance afin de repondre aux besoins des comoriens en matiere de telecommunication. Si ma memoire est bonne au moment ou sambi negociait la fibre optique avec la Chine vous avez reagi en disant que notre pays va payer cher avec une technologie qui ne repond pas a la realite du pays alors que le raiseau satellite est moins cher et fiable pour notre pays. donc on est pas Le mal est deja fait la fibre est arrivee, alors comment pensez exploiter la fibre optique pour ameliorer et reduire le cout de la telelcommunications (le plus cher au monde) aux Comores?

  2. j’ose esperer que Monsieur Mgomri, autrefois appelé ROBOCOP par le personnel de comorestelecom devient un bon gestionnaire de cette societe de l’etat. j’ose esperer egalement que cette manne financiere qu’il, Mgomri, vient de recuperer servent à quelque chose au lieu de renter dans d’autres poches dans les conditions les plus desastreuses que les precedentes. on connait ce mgomri comme on cannait bien son chef azali, ils ont, les deux en communs,un passé douloureux toutefois, ils ont egalement de la chance à ouvrir une nouvelle page de leur histoire, les comoriens, n’oublieront les peines que si ces autorités changent de mentatlités.

  3. M.Mgomri, dénoncer est très archaïque. tout le monde sait que ces fantômes vivent au dessus de leurs moyens.nous voulons tout d’abord que ce « boss  » voleur de la République avant qu’il dénonce les autres qu’il commence devant lui. qu’il nous dise ce qu’il a pris pendant qu’il était directeur des sociétés d’Etat. Dénoncer c’est bien mais nous voulons un nouveau départ des Hommes honnêtes, sincères et patriotes. nous n’avons pas oublié le coup de théâtre du président Azali ( premier gouvernement ) après les assises de Mwali. 10 ans après, il est réelu mais pourquoi? pour tout détruire ce qui restait????
    Les comoriens ont besoin d’un vrai changement des pratiques mafieux. M.Azali doit se rappeler qu’un jour il y aura de la justice sur terre!!!

  4. À chaque nouvelle tête le même constat. S’en suit la même déroute et pire encore. On en a marre !
    Si vous êtes sincère on attend des résultats et non des dénonciations infertiles.

  5. C’est bien que Mr MGOMRI commence par des actes concrets pour soulager un peu la souffrance des comoriens car c’est la population comorienne de l’ombre qui en souffre le plus.C’est elle qui supporte le poids de la corruption pourtant imaginée et perpétrée par ceux qui sont dans les hautes responsabilités.Oui c’est ceux qui sont au pouvoir qui ruinent le pays dans tous les secteurs.J’ose espérer qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire mais n’est-ce pas un coup de communication pour donner la bonne image de Mr propre?. Car la bonne volonté on a connu sous l’ère Ikililou quand il a crée la commission anti corruption qui n’a jamais rien fait de concret pourtant c’était considéré un peu comme son cheval de bataille.Et on a connu que des déclarations et aucune mise à pieds des auteurs de vol ou de détournement des deniers publics,aucune condamnation alors que la presse nous citait des noms des auteurs des faits plus que graves.On a compris que c’était tout simplement de la poudre au yeux.C’était juste un appât pour attirer les gros poissons.Alors,si l’Eat par une justice libre et impartiale ne fait rien contre ces genres de pratique,les Comores ne vont jamais se relever malheureusement.Pourquoi dans les pays développés comme la France l’auteur de corruption est puni sévèrement comme un criminel quel que soit son statut(chef d’Etat,ministre,préfet,juge,magistrat,député,maire,PDG etc….)? Pourtant on pourrait se laisser dire qu’une condamnation ne vaut pas la peine dans un pays riche par ce qu’ils sont tout simplement riches.Le butin détourné n’est qu’une goutte d’eau.Mais j’ai compris que le développemnt d’un pays est amorcé d’abord par l’exemplarité des Hautes autorités et la bonne gestion des services sous l’autorité de l’Etat de droit.Si Mr MGOMRI en a pris conscience de l’état pitoyable du pays et qu’il se dit il faut désormais changer les règles,tant mieux pourvu que ça ne soit pas uniquement pour les trois premiers mois de nomination sinon de début de mandat où on a tendance à donner une bonne impression à l’opinion.Et après….on connait la suite.Qu’ALLAH accompagne le Président AZALI pour son retour dans un combat juste et loyal pour que les Comores suivent la bonne trajectoire de développent in sha ALLAH

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*