En ce moment

Coronavirus : Cinq questions au Comité scientifique ….

1)Les autorités comoriennes nous rassurent qu’il n’y a pas de cas avéré de coronavirus dans le pays. Quelles sont les éléments scientifiques que détient le comité, et les tests qui lui permettent de confirmer ces déclarations ?
2)Dans cette hypothèse du cas zéro, l’adoption des gestes-barrières, la surveillance des entrées dans le territoire et la suspension des moyens de transport en provenance des pays touchés par le Covid-19, sont les réponses appropriées. En revanche, était-il approprié de passer au stade de l’interdiction des attroupements, de la fermeture des écoles, des marchés, des mosquées, mesures prises seulement dans les pays touchés, classés en zone 2 ou 3, pour rompre la chaîne de contamination ?
3)Si vous approuvez ces décisions, n’aurait-il pas été plus logique de conseiller le confinement pur et simple de la population ?
4)Prions pour qu’il en reste ainsi. Mais dans l’hypothèse que le virus soit là, que dispose concrètement le pays pour soigner les patients?
5)Pour être plus précis, combien d’appareils respiratoires avons-nous pour prendre en charge les cas d’urgence et les hospitalisations de longue durée ? quels sont les hôpitaux qui en sont équipés ?
Et une seule à la diplomatie comorienne

1)L’Union des Comores et la France ont conclu l’année dernière un Accord-cadre de coopération que le gouvernement a salué en substance comme une décision pragmatique qui doit guider la relation bilatérale malgré le différend sur Mayotte. Paris a annoncé dans la foulée une aide financière de près de 150 millions d’euros consacrée en grande partie au secteur de la santé. Un investissement compris par les deux parties, comme un moyen de tarir l’émigration sanitaire, source des milliers de morts en mer entre Anjouan et Mayotte.
En cette période de tension sanitaire où même les grands pays ne rechignent pas la main tendue y compris de leurs adversaires d’hier, quel est le malaise diplomatique qui empêche Moroni d’activer cette coopération pour éviter une hécatombe entre les deux rives ?

Eddine

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*