Corps découverts à Voidjou : Le procureur écarte la piste criminelle

Jeudi dernier, quatre corps sans vie ont été retrouvés dans une citerne à Voidjou. Pour l’instant, la piste criminelle est écartée. C’est en tout cas l’avis du procureur de la république qui a livré certains éléments de l’enquête au cours d’un point de presse. La piste de l’accident est privilégiée. Les circonstances de ces décès restent encore inconnues, selon Mohamed Abdou.

Trois garçons originaires de Hambou dans la région de Oichili et une fille de M’béni, dans la région de Hamahamet ont été retrouvés noyés morts dans l’après midi du jeudi dernier à Voidjou. L’enquête se poursuit pour élucider les circonstances de cette tragédie. Au cours d’un point de presse tenu par le procureur de la république à son bureau moins de 24h de l’événement, Mohamed Abdou a indiqué que pour le moment, les raisons de croire qu’il s’agit d’un accident sont évidentes.

Tout en restant prudent, Mohamed Abdou précise qu’aucune piste n’était exclue. Une enquête est ouverte par la brigade des recherches pour connaître les causes de la mort de Saïd Ibrahim (20 ans), Samuel Youssouf et Mohamed Farahane, maçons travaillant dans la zone où leurs corps ont été retrouvés. La jeune fille identifiée comme étant Nasfata Anziz, âgée de 17 ans, était une élève qui résidait à Moroni.

En attendant les conclusions de l’enquête, le procureur a émis l’hypothèse que la fille voulait puiser de l’eau et serait tombée dans le puits. Et les autres voulant venir à sa rescousse ont subi le même sort. Le sceau utilisé était à l’intérieur de la citerne. Celle-ci se trouvait à 60 m du chantier, situé tout près du lieu du drame. « Encore une fois, aucune hypothèse n’est à exclure », précise le procureur qui souligne au passage que l’endroit était si éloigné que même s’ils avaient crié au secours, il leur serait difficile d’être entendus.

Devant la presse, le procureur a informé que l’alerte leur est parvenue vers 17h. Tout de suite, « nos équipes se sont rendues sur place. Il s’agit d’une citerne de 6m de long, 5,5m de largeur et 4m de profondeur. L’eau atteignait plus de 2m. Certains corps avaient des signes de déformation. La construction de la citerne est peu archaïque. Monter dessus était un peu difficile. Selon le médecin, la mort est survenue six heures plus tôt», ajoute le parquetier. Des effets personnels, les chaussures notamment, auraient été retrouvés sur place dont une paire, appartenant à la jeune fille.

« Comment trois personnes se sont-elles précipitées dans une citerne ? Sont-elles tombées ensemble ? Etaient-elles dans un état normal au moment des faits ? », Se demande le procureur qui précise que seule la brigade de recherche pourra trouver des éléments de réponses. Pour l’instant, aucune garde-à-vue n’a été effectuée. Toutefois, trois personnes sont entendues pour les nécessités de l’enquête. Mohamed Abdou qui s’est appuyé sur les premiers éléments qu’il détient, affirme que «la noyade serait, pour l’instant» à l’origine de cette tragédie.

Ibnou M. Abdou / LGDC

1 commentaire sur Corps découverts à Voidjou : Le procureur écarte la piste criminelle

  1. Rien de criminels peux se passer aux comores.
    Labas la vie est belle et la sécurité est assurée par les personnes normales.
    Pas comme des pays démocratiques.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*