Cosafa cup : Amaldine, seul comorien en Afrique du sud 

Le Cosafa a invité Amaldine Soulaimane, à sa coupe Cosafa, programmé du 25 juin au 10 juillet en Afrique du sud. Cet international arbitre assistant comorien sera le seul Coelacanthe du tournoi, après la Can U17 du Gabon qu’il a été également l’unique comorien de la compétition.    
 
L’arbitre assistant comorien Amaldine Soulaimane s’est rendu en Afrique du sud depuis mardi sur invitation du Conseil de l’association de football d’Afrique australe (Cosafa). L’institution dirigeante du cuir rond de la sous-région a invité l’homme en noir comorien pour diriger la coupe Cosafa sénior, prévu du 25 juin au 10 juillet. Amaldine Soulaimane est le seul homme de sifflet qui représentera les Comores au cours de cette compétition dont les Coelacanthes ont été déclarés forfaits.
 
 
 Objectif Can senior
 
Le natif de Mtsamdu ya Ndzuani se retrouvera seul dans un tournoi de ce niveau. Lors de la Coupe d’Afrique des Nations U17, Gabon 2017, «j’ai été le seul et unique comorien du tournoi. J’ai essayé de faire mon boulot du mieux que j’ai pu. J’ai fini par dirigé le match de classement», dit-il avant d’expliquer que «je crois que ma performance de la Can U17 a motivé et séduit le département d’arbitrage du Cosafa de m’inviter en Afrique du sud pour la troisième fois».
 
 

Amaldine Soulaime dirigera la phase des poules de l’édition avec dix-sept autres «dirigeants de football» de la région. L’officiel comorien est connu dans les vestiaires sud-africains, après les avoir occupés en 2008 et 2016 lors des coupes Cosafa U20. A l’époque, «j’ai dirigé plusieurs rencontres du tournoi dont une demi-finale lors des éditions des moins de 20 ans. C’était toujours en Afrique du sud».L’arbitre assistant de 32 ans confirme que «lors de cette édition des séniors, je vise atteindre au moins les demi-finales. On se bat pour se qualifier pour les prochaines étapes du tournoi. C’est un peu comme le font également les équipes afin de finir le plus loin possible le tournoi».

Eliedjouma 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*