Défense de la présidence tournante : “Nous n’allons pas attendre la décision de la Cour constitutionnelle”

wpid-screenshot_2015-11-27-11-32-30-1.png

’ambiance ces derniers jours à Ndzuani est à la dénonciation du projet de candidature de l’ex-président de la République, Ahmed Abdallah Sambi. L’Union pour le développement des Comores (Updc), le parti du pouvoir, et ses alliés s’y emploient à cor à cri depuis vendredi. Une réunion de concertation avait, d’abord, été tenue dans un hôtel de Mutsamudu ce jour-là, suivie trois jours plus tard par une conférence de presse dans un autre hôtel de la ville. Ils disent parallèlement «défendre le maintien du principe de la présidence tournante entre les îles».

image

Lundi, lors de la conférence de presse, donnée par ce groupement, le conseiller juridique du gouverneur de l’île, Ahmed Maandhui, s’est demandé «pourquoi l’ex-président Sambi n’a pas demandé la clarification de ce fameux article 13 de la Constitution pendant sa révision constitutionnelle de 2009, si vraiment cet article était équivoque». Le même Maandhui a exhorté ses camarades de combat à cesser de faire de Sambi un phénomène. «Sambi n’est pas encore candidat, il annonce son intention de se porter candidat. Alors ne le réconfortons pas dans son ambition», a-t-il dit.

Et pourtant ce qui est prévu de se passer dans les jours à venir va plutôt dans ce sens : initialement prévu pour le 29 novembre, un rassemblement est de nouveau annoncé pour «très prochainement», d’après un tract estampillé «Union des forces vives d’Anjouan» et titré «ne touchez pas à la tournante», en circulation dans l’île depuis quelques jours. Ce rassemblement auquel pourraient prendre part des membres du gouvernement (ils seraient attendus à Ndzuani pour la circonstance ce vendredi) va, selon toute vraisemblance, dénoncer la “mise en cause de la tournante” et la candidature éventuelle de l’ex-raïs Sambi. Ce dernier est originaire de Ndzuani, alors que les initiateurs du rassemblement estiment que la tournante de 2016 revient de droit aux natifs de Ngazidja.

De l’avis général, cette «Union des forces vives d’Anjouan» pourraient être constituée de la même Updc et de ses alliés.

Dans la rencontre avec la presse de lundi, l’un des intervenants, Djaffar Salim Allaoui, a averti que leur mouvement n’allait pas «attendre la décision de la Cour constitutionnelle pour commencer à combattre les ambitions de Sambi», mais qu’il «entreprendra bientôt à faire du tapage au stade et dans la rue pour cela».

Au sein de cette Union des forces vives, l’on trouvera donc, outre les hauts dignitaires de l’Updc et de l’exécutif anjouanais, des ex-barons des régimes «autonomistes» (le terme séparatistes exaspère ces derniers) et l’ancien gouverneur anjouanais, Moussa Toybou. Ce dernier lutte aux côtés des hommes  du gouverneur Anissi pour dénoncer l’«ambition effrénée de Sambi», mais ne rate aucune occasion de dénoncer parallèlement la «mascarade électorale» qui a porté son successeur Anissi à la tête de l’exécutif anjouanais, à son détriment.

Sardou Moussa/ Alwatwan

2 commentaires sur Défense de la présidence tournante : “Nous n’allons pas attendre la décision de la Cour constitutionnelle”

  1. Le con amène de virus partout aux comores : parmis le virus voir la religion aux Comores ce n’est pas comme çà avant. Le gouvernement actuel ce lui qui les amener par le vole puisqu’il n’ete pas bon, il le voumis de façon incompréhensible et incroyable. Demander lui pourquoi tous çà ? Pare ce que ne pas bon tous simplement. Ne dis pas leur mensonge : il a le terme; » wa loihi liandhouime Be nissitabou mpessa » maître de mensonge et de la corruption…Boina

  2. CEUX qui defendent le tournante actuallement ne les font pas pour le bien de notre nation mais dans un autre contexte que si un jour la tournante vient en leur faveur pouront gouverner.En realité on comprend belle et bien que la tournante ne fait qu’entrenir des esprit des haines entre anjounais,mohelien et grand comorien.A l’exmple que si les si la tournante revient en grand comore seul les grand comorien ont le droit de travailler et les autres n’ont pas ce droit.Dans ce contexte l’amour du peuple s’envole. selon avec cette ideologie on se sortira JAMAIS de cette impasse economique et on restera des mendiant a jamais

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*