Des journalistes d’Alwatwan pourraient être licenciés pour des messages postés sur Facebook

Des journaliste du quotidien gouvernemental ont posté des messages dénonçant la violence des forces de l’ordre à Mitsamihouli. « Les forces de l’ordre ont tiré avec des balles réelles sur des civils non armés », selon les journalistes.

Des témoignages qu’ils ne pourront jamais publier sur le journal Alwatwan. Ces deux journalistes contredisent directement les propos du ministre du ministre de l’information Mohamed Daoud sur la situation très calme ce dimanche à Ngazidja.

2 commentaires sur Des journalistes d’Alwatwan pourraient être licenciés pour des messages postés sur Facebook

  1. JE SOUTIEN LA LIBERTE DE LA PRESSE ET DONC A CE JOURNALISTE CI CELA DERANGE LE POUVOIR DU DICTATEUR AZALI NOUS POURRIONS AUSSI LE LICENCIER POUR MENSONGE ET REPRESSION ENVERS TOUT OPPOSANT….JOURNALISTES SOYEZ SOLIDAIRES DE TOUTE FACON IL N Y AURA PAS DE PLACE DANS LES PRISONS ET LES SALAIRES ARRIVENT OCCASIONNELLEMENT

  2. Moi g toujours dit qu’il faut à tout prix se séparer des grands comoriens nous les anjouanais. Ils veulent la mort des anjouanais. C ‘est eux qui ont besoin des anjouanais. Sans nous les grand comoriens sont rien juste des feignants vantards.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*