Des journalistes refusent de participer au rassemblement en soutien d’Agwa et Oubeidi

Ce mardi matin, quelques journalistes s’étaient réunis au Conseil de l’île de Ngazidja pour demander la libération d’Abdallah Agwa et d’Oubeidi Mchangama. L’initiative est louable à la seule condition si ces journalistes demandent la libération d’individus arrêtés abusivement et detenus à la Maison d’arrêt sans aucune suite judiciaire. Si l’un ou l’autre est malade, il doit être soigné.

Par contre on ne doit avancer des prétextes parce qu’ils sont des journalistes comme le prétendent les organisateurs de ce rassemblement de ce mardi dont la plupart portent la voix de l’opposition politique sur place aux Comores. Nous disons haut et fort qu’Abdallah Agwa et Oubeidi Mchangama sont une honte et une insulte à ce métier aux Comores. Et les journalistes qui font allégeance à leur forfaiture parce que leurs dérapages incendiaires leur plaisent sont les vrais complices d’un métier en pleine crise et décadence.

Non, non. Il y a des cadres et des intellectuels qui savent pertinemment que ces deux mercenaires font des dérapages, ne respectent aucune norme journalistique, acceptent de l’argent pour chanter la gloire des uns et insulter ceux qui ne donnent rien. Mais comme ces âneries plaisent certains, on les laisse faire, on les laisse dire, on les laisse dénoncer, on les laisse cracher. Et certains applaudissent ! Comment on peut laisser des gens appeler à la haine ; monter des fausses informations, insulter à tout-va tous ceux qui ne leur plaisent pas…..

Si Agwa et Oubeidi veulent rester des journalistes, ils doivent savoir observer les règles de base, ne pas mentir aux gens à travers des fausses informations sans preuves ni appeler à la haine, respecter la vie privée des uns et des autres, dire les choses dans le respect, défendre l’honneur des personnes, refuser de jouer les mercenaires de la presse en acceptant d’encaisser de l’argent pour calomnier les gens à longueur de journées. Ceux qui soutiennent Agwa et Oubeidi ne se rendent pas compte que demain ils seront les cibles des attaques gratuites et incendiaires de ces deux ordures de la presse comorienne.

Ali Kassim, Nice

5 commentaires sur Des journalistes refusent de participer au rassemblement en soutien d’Agwa et Oubeidi

  1. c’est qui ce monsieur Kassim qui veut défendre des gens incapable de se de se defendre eux memes? pourquoi démande-t-il des preuves à Agoi et il nous donne aucune preuve par rapport à ses accusations à l’encontre de Agoi? pourquoi il ne dit rien par rapport à l’injustice dejà installé aux comores deuis qu’Azal a repris le pouvoir? est-il content de ce qui se passe?ou bien il trouve cela comme de la justice? il nous doit beaucoup d’explications? c’est qui pour lui l’exemple d’un bon journaliste aux comores? a-t-il un exemple à fournir.
    En somme, ce monsieur raconte n’importe quoi et il ferait meux soit de se rendre à l’évidence soit de nous presenter des preuves la prochaine qu’il pensera à nous écrire car on n’a pas de temps à perdre à lire des articles manquants de rigueur.

  2. Ces deux ordures…
    Monsieur Kassim vous êtes pire que ce que vous dénoncez.
    Si vous étiez courageux vous auriez montré votre « gueule ».
    Vous n’êtes qu’un lâche.
    En effet, vous n’êtes pas seul à dénoncer les dérapages de ces deux journalistes mais la faute à qui?
    Aux autorités qui ont confisqué les médias nationaux(ORTC) pour ne permettre aucune autre voie que celle de la secte Azali.
    Pour moi ces deux garçons ne sont des journalistes, ceux sont des résistant.
    « Lorsqu’une loi est injuste, la désobéir est un devoir ».

  3. Quand on est éduqué on n’insulte pas les gens à son tour. Le respect est une valeur qui ne partage pas avec n’importe qui. Réfléchissez monsieur et vous gagnerez en intelligence.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*