Des patriotes dans le ventre d’un ventriote ?

Opinion libre : On dit souvent que le pays est en danger. A en croire, il est primordiale de constater que le danger le plus menaçant c’est lorsque la jeunesse ne n’exprime pas pour faire triompher le droit mais le fait suivant le chemin quelle doit empreinter pour trouver du travail ou garder son poste après avoir vendu son âme au diable de politicien.
Ce faisant, aujourd’hui la jeunesse est plus contaminée par Azali mais moins qu’il est par Sambi. Qui aurait pu croire que Sambi a soutenu Azali juste pour satisfaire son rêve dans lequel ce dernier va lui donner le pouvoir en 2021 ?
De même que le discours du jeune Fahami a fait jaser plus d’un lorsqu’il a harangué le mouvement NARAWAZE à soutenir l’imam, en insistant explicitement qu’ « Azali est le candidat le moins mauvais ». Une attitude déshonorable justifiée par la promesse d’être patron du MIREX .Le fait d’admettre qu’azali est mauvais, le soutenir s’apparente a promouvoir une forfaiture. Au lieu de faire barrage, Sambi s’est servi de nos vaillants patriotes qui luttaient pour la vérité des urnes en les poussant dans le ventre du ventriote qu’est Azali.

Aussitôt dit, Cela ne doit pas étonner outre mesure : Le mouvement des jeunes patriotes réclame la démission du VP Djaffar pour avoir demandé à Azali d’établir l’ordre constitutionnelle. Certes, cette attitude prête à vomir mais on peut le comprendre sous cette angle : terminer les études est devenu un travail non pas d’émancipation mais d’aliénation puisqu’on assiste à la domestication des diplômés a la recherche du travail par l’enrôlement forcé dans des partis politiques.

Et puisque nos politiciens ont du mal à comprendre qu’il n’est pas judicieux de trop manipulé la jeunesse, cela n’étonne guère si éventuellement ca retourne contre eux. VP Djaffar n’a t-il pas indiqué aux jeunes diplômés que l’adhésion au sein de son parti pro pouvoir est la seule concours pour avoir un poste mirobolant. Aujourd’hui, une fois le divorce consommé entre lui et le pouvoir, il est clair qu’il ne peut pas faire valoir la garde de ses brebis galeuses qui sont d’or et déjà proposés à l’adoption par le CRC.
Triste fin de parcours pour nos jeunes diplômés domestiqués par nos leadeurs politiques dont leur seul objectif est de satisfaire leur soif du pouvoir.

En outre, nous avons cotisé dans nos villages pour avoir de l’électricité mais après on a laissé mamwé s’approprier le fruit de notre travail sans payer nos installations ou encore moins bénéficier d’une réduction tarifaire de l’électricité.
De la même façon que les pros Sambi nous demandent à chaque vendredi de descendre dans la rue alors que le but à concrétiser n’est pas le changement mais juste de permettre à Sambi de revenir au pouvoir a l’immédiat ou 2021.
Qu’est ce a dire ? Au lieu de se contenter d’un soutien aveugle pour critiquer l’autre camp, nous devons se demander que nous apporte t-il de renouveau celui qu’on défend ? il est sans équivoque que c’est la jeunesse qui a contribué à l’avènement de tous ces régimes mais force est de constater qu’elle ne peut pas se mobiliser pour donner une impulsion au changement.

Sans user de subterfuges, la mobilisation pour le changement – à ne pas confondre par la quête du pouvoir- a besoin d’un leader charismatique comme Sambi. Mais force est d’admettre que si la jeunesse ne lui force pas la main, il est indéniable, Sambi ne va pas changer un système qu’il doit tout.

Enfin, Si la jeunesse est aujourd’hui disloqué, devenue ainsi un jouet entre les mains d’Azali et celles de Sambi, c’est par ce que personne n’est en mesure de faire valoir sa participation au sein de son camp afin d’élaborer une démocratie participative au sein du parti en rappelant son leader a l’ordre. Cela n’empêche qu’on doit réfléchir comment promouvoir une démarche au niveau national pour aboutir à une citoyenneté active pour épauler nos députés à lutter contre les dérives dictatoriales d’où qu’ils viennent.

Par Cap Patrie

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*