Détournement de fonds publics Le député Tocha propose une loi limitant les libertés provisoires

Il sait que le chemin sera long, mais il ne compte pas lâcher l’affaire. Encore faut-il que ses collègues députés acceptent d’adopter sa proposition de loi lors de la session parlementaire du mois d’avril.

Avant-hier, lundi, Abdallah Tocha Djohar a convoqué les médias pour leur faire part de sa proposition de loi portant interdiction d’accorder la liberté provisoire à toute personne coupable de crimes économiques.

‘‘Pendant  plus de quarante ans d’indépendance, les Comores sombrent toujours dans le dénuement et ce, à cause du laxisme dont bénéficient les auteurs de détournements de biens et fonds publics. Aujourd’hui, ces détournements sont devenus monnaie courante dans les sociétés d’Etat. Si ces pratiques continuent, c’est parce que les coupables retrouvent leur liberté en payant une caution ou en bénéficiant d’une mesure de liberté provisoire qui, finalement, devient définitive», a-t-il dit.

Changement de mentalités

Si le parlementaire reconnait que la notion de ‘‘liberté provisoire’’ est garantie par les textes en vigueur, il estime, toutefois, qu’une personne inculpée pour crimes économiques ne doit pas en bénéficier, avant d’être disculpée. Et de préciser  que la lutte contre la corruption peut bien réussir ‘‘si la population accepte de changer les mentalités’’. Il en a ainsi profité pour dénoncer ces interventions de la notabilité auprès de la justice pour faire libérer des ‘‘voleurs et des escrocs.’’

Pour Abdallah Tocha Djohar, il est inacceptable qu’une ‘‘personne inculpée pour avoir volé plus d’un milliard de francs puisse payer une caution du quart de cette somme qu’il a détournée et s’en aller». 
Dans cette même loi, il demande aussi à ce que les violeurs  et les agresseurs de mineurs ne puissent pas, eux non plus, bénéficier d’une quelconque liberté provisoire.

«C’est un acte odieux ; donc ils ne peuvent pas couler des jours tranquilles alors qu’ils ont brisé l’avenir de ces fillettes dont la plupart d’entre elles ne dépasse pas dix ans», a-t-il expliqué. Tocha Djohar a, enfin, précisé que cette loi ne serait pas rétroactive. «Cette loi ne vise et n’épargne personne, car nul n’a le droit de toucher au patrimoine national», a-t-il insisté.

Abdou Moustoifa / Alwatwan 

1 commentaire sur Détournement de fonds publics Le député Tocha propose une loi limitant les libertés provisoires

  1. Ma question s’adresse au patriote député Tocha Djohar .
    .Croyez vous que le vice-président de l’assemblée nationale Maoulana Charif d’itsikoudi yawashili qui s’est enrichi à la vitesse d’un éclair , en pillant les caisses de l’état pendant qu’il était ministre de finances, accepterait qu’une telle loi soit adoptée? L’avez vous informé de ta démarche? Merci,

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*