En ce moment

Deux élèves testés positifs au Covid-19 à l’école française aux Comores

Flash info : Deux élèves d’une même classe sont positifs au Covid-19. Les élèves sont de l’école française Henri Matisse (Moroni). Selon nos informations, les deux élèves reviennent des vacances de Mohéli.

Il pourrait s’agir de la nouvelle variante la Covid-19 originaire d’Afrique du Sud. Cette nouvelle variante est plus contagieuse.

La Rédaction

1 commentaire sur Deux élèves testés positifs au Covid-19 à l’école française aux Comores

  1. Chers citoyens comoriens,
    Face à cette pandémie, nous n’avons eu que des réponses médiocres, inadaptées et cour-termistes de la part du gouvernement. J’ai vu beaucoup de voix s’élever tout au long de la pandémie ; des voix contre le gouvernement pour dénoncer cette gestion calamiteuse de la crise sanitaire : des décisions prises trop tardivement, des mensonges et des choix lourds de conséquences pour la santé des concitoyens. Beaucoup de citoyens conscients du danger se sont insurgés face au dernier discours du président et au relâchement observé depuis celui-ci. Sur ce point nous sommes tous d’accord ! Mais aujourd’hui, je tiens à pointer du doigt la responsabilité des citoyens comoriens et plus particulièrement de LA DIASPORA COMORIENNE ET DES EXPATRIES.
    Vous, chers comoriens de France et chers expatriés installés aux Comores qui êtes les premiers à se plaindre de la corruption, de la mauvaise gestion, de l’absence d’infrastructures hospitalières, de la pénurie d’eau et d’électricité et de l’imprudence des comoriens sans masques !!!!! Aujourd’hui, vous n’êtes même pas capables de donner l’exemple !

    Je suis effarée de voir les comoriens de la diaspora partir en vacances aux Comores, aller célébrer des mariages ou autres festivités sans masque, sans respect des mesures barrières. Vous fuyez les restrictions pour aller où ? Dans ce pays corrompu que vous fustigez toute l’année !!! Finalement vous vous y plaisez alors dans ce pays où les règles ne sont pas respectées.
    Vous mettez en danger vos familles et les nôtres en toute connaissance de cause ! Et à la fin de votre séjour vous rentrerez ici puis vous vous installerez tranquillement devant votre ordinateur et critiquerez la gestion de la pandémie aux Comores. Quelle indécence !

    Effarée de voir que des expatriés français ont pris « un Kwassa » de Mohéli (je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’ironie de la chose) pour rejoindre les Comores, étant donné que les frontières étaient fermées car ils ne voulaient pas que leurs enfants ratent la rentrée des classes. Résultat : ces deux enfants qui ont été testés positifs se sont retrouvés à l’école française Henri Matisse à Moroni au contact des autres enfants!! Tout le monde sait que cette variante du corona virus venant d’Afrique du Sud est plus contagieuse. Pour une fois, les autorités ont pris une bonne décision et ont fermé les frontières avec Mohéli.
    Mais de quel droit ces gens se permettent de braver l’interdiction ?! Est-ce que vous pensez à nos sœurs, frères, cousin(e)s, neveux, nièces, enfants dans ces écoles ? Est-ce que vous pensez à nos familles qui n’ont pas la chance de pouvoir être évacuées en cas de complications ? Pourquoi le gouvernement ne ferme pas cette école ? Et pourquoi l’école Henri Matisse n’est toujours pas fermée en attendant de pouvoir tester l’ensemble des enfants par précaution ? Et comment les parents peuvent continuer à y envoyer leurs enfants en connaissant les risques ?!

    J’ai cru comprendre que cette école vient d’obtenir son homologation. L’agence pour l’enseignement français à l’étranger et le Ministère de l’éducation nationale de la jeunesse et des sports en France sont-ils au courant de l’incompétence de cet établissement à garantir un protocole sanitaire stricte ? Surtout dans un pays qu’ils aiment bien qualifier de « fragile ».

    J’accuse, ces privilégiés de se rendre complice au même titre que le gouvernement de la propagation de ce virus qui nous le savons sera plus que fatal dans un pays comme le nôtre.

    « Une déraison accomplie raisonnablement, c’est une bassesse. » M. Aguéev

    Une jeune comorienne en colère

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*