Discours du nouveau Dir Cab du président de l’Union des Comores Mr Hamada Madi Boléro

Discours du nouveau Directeur de Cabinet du Président de l’Union des Comores, Chargé de la Défense, M. Hamada Madi Boléro, prononcé lors de la cérémonie de passation de service, organisée ce samedi 13 octobre 2012 à la Présidence de l’ Union.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Honorable Assistance,

Permettez-moi tout d’abord de m’acquitter d’un devoir républicain, ou même humain, celui d’exprimer à l’endroit du Président de la République de l’Union de Comores, Dr IKILILOU Dhoinine, toute ma gratitude de la confiance qu’il vient de me témoigner en me désignant comme son premier collaborateur pour animer son cabinet.
Ensuite, de remercier très sincèrement mon frère M’Madi Ali, mon prédécesseur de l’accueil ô combien chaleureux ainsi que la courtoisie avec laquelle il m’a reçu au Cabinet présidentiel. J’ai surtout apprécié la profondeur et la pertinence des dossiers qu’il m’a légués lors de notre entretien riche en informations dans le cadre de la passation de service avant celle-ci. Merci Monsieur le Directeur de Cabinet.

Et enfin, je réitère au personnel de la Présidence, aux Conseillers comme aux chargés des missions toute ma disponibilité ainsi que mon engagement à œuvrer ensemble a fin de remplir les missions qui nous ont été confiées par le Chef de l’Etat. Je leur dis que pour la deuxième fois donc, le destin nous a réunis pour les mêmes missions dans les mêmes lieux mais bien sûr je me présente devant vous sous un autre visage. Je vais saisir donc cette opportunité pour vous rassurer que nous allons travailler dans le respect mutuel pour que cette présidence tournante incarnée par un comorien natif de Mwali réussisse.

Honorable assistance

En me nommant Directeur de Cabinet, le Chef de l’Etat m’a demandé de donner un nouveau souffle à l’action qu’il mène à la tête de l’Etat comorien depuis que la population de l’île autonome de Mwali d’abord, l’a choisi comme deux de ses concurrents pour participer à l’élection présidentielle et que la majorité des Comoriens des trois îles, l’ait désigné à la magistrature suprême du pays.

Ce nouveau souffle qui s’inscrit dans la continuité de la politique de son prédécesseur Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI, doit être remodelée, réorientée, réorganisée, mais encore il doit se conformer à l’intérieur du pays aux aspirations légitimes des Comoriens au premier chef desquels la consolidation de l’unité nationale, la sauvegarde de l’intégrité territoriale et la promotion de la démocratie dans un Etat de droit où l’équité, la transparence et la bonne Gouvernance constituent le fondement de l’action gouvernementale, ceci doit permettre à notre pays de confirmer son engagement à se conformer aux exigences de ses partenaires économiques et financiers afin de pouvoir prétendre aux facilités à tout pays en développement dans le cadre de la solidarité internationale, pour cela, le respect de notre législation nationale par exemple dans l’attribution des marchés mettant en jeu des sommes colossales, dans l’application strictes des lois des finances adoptées par l’Assemblée de l’Union et conforme au cadre négocié et accepté par le Ministère des Finances et pour une transparence totale de toute opération financière où l’Etat est partie prenante.

Ce nouveau souffle doit aussi et surtout se conformer, à l’extérieur du pays aux intérêts géostratégiques de notre pays dans un monde désormais tourné vers le respect des droits humains, de l’égalité du genre pour un meilleur partage de responsabilités entre l’homme et la femme dans une société où l’égalité des chances est une priorité, des aspirations des peuples longtemps opprimés par des systèmes qui les ont tout le temps et partout malmenés, des exigences internationales en matière de prévention de l’environnement par l’utilisation rationnelle des ressources naturelles qui ne sont pas inépuisables et garanties par le droit international, des engagements pris par notre pays dans la lutte contre les pandémies dont le VIH SIDA, le paludisme et d’autres, de la lutte contre tous les extrémismes dont le terrorisme est le point culminant.

Et enfin ce nouveau souffle doit permettre à notre pays de retrouver la place qui est la sienne dans le concert des nations en s’appuyant d’abord sur une coopération régionale intelligente avec notre voisinage immédiat, ensuite sur notre organisation continentale, l’Union Africaine, sur une coopération linguistique à travers l’Organisation Internationale de la Francophonie, une coopération basée sur nos origines et même sur notre religion l’Islam, dont la Ligue des Etats Arabes et l’Organisation de la Conférence Islamique et bien sûr sur nos partenaires multilatéraux, l’Union Européenne et ses Institutions notamment financières et de développement et l’Organisation des Nations Unies avec ses organismes coordonnés dans notre pays par le Pnud.

Pour réussir cette prouesse notre diplomatie compte beaucoup sur le soutien déjà ostensible de ses partenaires bilatéraux dont en Asie Extrême, la République Populaire de Chine, la Corée et le Japon, en Amérique, les Etats Unis, au Moyen et proche Orient, le Qatar, le Royaume Saoudien, le Koweït, les Emirats Arabes Unis et en Europe, la France et l’Allemagne. Nous devons certainement élargir cette coopération bilatérale vers l’Europe du nord et l’Europe de l’Est, la Fédération de la Russie par exemple.

Aussi, le Chef de l’Etat compte beaucoup sur la disponibilité exprimée maintes fois par notre diaspora qui demande à être impliquée dans les choix faits par les autorités comoriennes. C’est ainsi que le Cabinet du Chef de l’Etat, dans un système présidentiel comme le nôtre redevient ce laboratoire où désormais les petites querelles inutiles et politiciennes vont devoir disparaitre à jamais pour laisser la place au travail, au travail, et encore au travail. En tant que premier collaborateur du Président IKILILOU Dhoinine, j’ai accepté d’impulser ce nouveau souffle sans passion mais avec détermination et en m’engageant devant lui, je pensais à vous tous, Conseillers, Chargés de Mission, Personnel administratif ici présent. Rassurez vous, il n’y aura pas de résultats probants ou escomptés sans notre engagement sincère. En tous les cas, j’y veillerai.

Rien ne se décidera sans vous, sans votre collaboration, sans votre approbation. L’essentiel mes chers amis est la réussite du Président IKILILOU Dhoinine, celle de cette tournante mohélienne. Moi, j’y crois et je vous demande d’y croire. Nous réussirons. Avouons que faire partie du Cabinet Présidentiel pour un pays qui se respecte est un honneur. En effet, il est des moments où la patrie passe nécessairement devant toute autre considération et nous allons vivre justement ces moments avec fierté.

Honorable assistance

Je voudrais vous dire que la polémique est inutile et la récréation est terminée. En tant que comorien, originaire de Mohéli, j’ai bien décidé de peser de tout mon poids pour que IKILILOU, un ami d’enfance, réussisse dans sa mission, celle de représenter au niveau national l’île autonome de Mwali, dans la sérénité requise dés-lors qu’il s’agisse d’incarner une nation toute entière. Pour moi et pour beaucoup d’hommes et femmes originaires de Mwali, ceci est un devoir. Convenez avec moi que Mwali retrouve équitablement sa place dans notre maison commune, les Comores, j’ai pris ma part de responsabilité dés le début du processus dit de Fomboni qui a abouti à la signature de l’accord du 17 février 2001, et même bien avant, d’Addis-Abeba en 1997 en passant par Fomboni I avant Antanarivo.

Mais aussi, depuis mon enfance et durant tout mon parcours politique, je m’en suis véritablement et énergiquement engagé. Dans cette détermination, le Président IKILILOU et moi-même avons toujours été côte à côte et du côté de ceux qui ont combattu le séparatisme. Ensemble, nous avons été aux premiers loges dés lors qu’il s’agisse de Mwali au sein d’un pays uni et solidaire.

Aujourd’hui donc, me trouver à ses côtés comme lui hier, à mes côtés, ne doit pas vous paraitre étonnant et soyez rassurés ce sera avec fidélité et dans la loyauté sans faille que je dirigerai son cabinet. Au fil des jours, les membres du cabinet que vous êtes, le constaterez. Je mesure la dureté, la complexité ainsi que la responsabilité qui est désormais mienne, croyez moi. Alors, s’il vous plait, accordez-moi donc le bénéfice du doute positif, étant entendu que ce qui compte, c’est l’intérêt supérieur du pays et nos ce que nous appelons communément  » le mangement ». C’est dans ce contexte que je lance un appel à toutes les institutions républicaines tant au niveau national qu’au niveau des îles autonomes pour qu’ensemble nous agissions à l’unissons pour le bien de notre chère patrie. Le Chef de l’Etat est déterminé à poursuivre le dialogue constructif avec l’Assemblée de l’Union, la Cour Constitutionnel avec les Gouvernorats.

Honorable assistance, vive la République et vive les Comores unies

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*