Egypte : l’opposition appelle à manifester contre le renforcement des pouvoirs

23 novembre 2012

Egypte : l’opposition appelle à manifester contre le renforcement des pouvoirs

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

les opposants Mohamed ElBaradei , Sameh Ashour et Amr Moussa le 22 novembre 2012 au Caire ©AFP

LE CAIRE (AFP) – (AFP)

Des
formations de l’opposition égyptienne ont
dénoncé jeudi l’annonce du renforcement des
pouvoirs du président Mohamed Morsi et ont appelé
à des manifestations nationales de protestation.

« C’est un coup contre la légitimité (…) Nous
appelons tous les Egyptiens à protester vendredi sur
toutes les places d’Egypte », a déclaré Sameh
Achour, chef du syndicat des avocats, lors d’une
conférence de presse conjointe avec les opposants
Mohamed ElBaradei et Amr Moussa.

Les opposants ont accusé le président Morsi, un
islamiste, de « monopoliser les trois branches » du
pouvoir et de superviser « l’anéantissement total de
l’indépendance de la justice ».

« Morsi, au lieu d’agir comme le président de tous en
Egypte, un pays qui est déjà polarisé, a
jeté de l’huile sur le feu » et mène l’Egypte
vers un « enfer politique », a déclaré M. Achour.

Selon la « déclaration constitutionnelle » lue
jeudi à la télévision, le président
Morsi « peut prendre toute décision ou mesure pour
protéger la révolution ».

« Les déclarations constitutionnelles, décisions
et lois émises par le président sont
définitives et ne sont pas sujettes à appel »
en attendant une nouvelle Constitution, selon cette déclaration.

M. ElBaradei, ancien chef de l’Agence internationale de
l’énergie nucléaire (AIEA), a estimé que que
cette décision affectait toutes les forces politiques
du pays. « Nous devons travailler ensemble pour
atteindre nos objectifs », a déclaré M. ElBaradei.

Cette
décision du président Morsi représente un
coup dur pour le mouvement pro-démocratie qui a
chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak en
2011 et fait craindre à l’opposition que les islamistes
ne s’installent encore plus solidement au pouvoir.

 Avant l’annonce de jeudi, M. Morsi cumule
déjà les pouvoirs exécutif et législatif
– la chambre des députés a été dissoute
en juin – et entretient des relations tendues avec une
grande partie de l’appareil judiciaire.

Premier civil à occuper les fonctions de chef de l’Etat
en Egypte, M. Morsi, issu du mouvement des Frères
musulmans, est aussi le premier islamiste à diriger le
pays le plus peuplé du monde arabe.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*