El-maarouf: Ouf, la production d’oxygène commencera dès ce vendredi

wpid-screenshot_2016-02-26-09-32-13-1.png

Une bouffée d’oxygène à l’hôpital El-maarouf. Le central à production d’oxygène va enfin être à nouveau opérationnel dès aujourd’hui. Après tant de temps d’importation depuis l’hôpital de Fomboni via des bateaux de pêche, El-maarouf vient enfin de réceptionner les lubrifiants et autres accessoires permettant de redémarrer sa propre production.

image

En juillet 2014, l’hôpital a réceptionné 20 bouteilles vides pour le remplissage de l’Oxygène. Le fournisseur n’est autre que celui qui a livré la Centrale à Oxygène. Une société appelée INTEREQUIPEMENT dont le siège est à Bordeau avec une succursale à Antananarivo Madagascar. La facture des bouteilles avec leur transport s’élevait à 16000 Euro.

Une avance de 8000 Euro a été versée et depuis, plus rien. D’où la décision de la société de rompre les relations commerciales avec l’hôpital. Sans service après-vente, la centrale a continué à fonctionner jusqu’à ce que l’actuel directeur de l’hôpital décide de l’arrêter vers mi-janvier 2016 pour se ravitailler à Mohéli. Selon les dires de certains, le reliquat de 8000 Euros aurait été payé à l’époque par le Trésor public mais empoché par une personne malintentionnée.

Quand fin janvier le directeur a découvert ce litige en entrant en contact avec le fabriquant (NOVAIR, Ndlr), il a, une fois obtenu les justificatifs, payé les 8000 Euros. Ce qui a permis d’instaurer la confiance et faciliter la commande des accessoires et consommables d’une valeur de 3650 Euros, arrivé à Hahaya le 23/02/2016 et livrées le matin de ce jeudi à l’hôpital. Cela va assurer la maintenance pendant 4000 heures ou 1 an.

D’après le directeur de l’établissement hospitalier, les techniciens viennent de terminer de nettoyer la centrale et montage doit s’effectuer ce vendredi matin pour que la production d’oxygène reprenne ce même jour, à l’après midi. Toutefois l’hôpital dispose d’une réserve en attendant sa propre production dès ce jour.

Toufé Maecha

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*