Elections Gouvernorat à Ngazidja : Karihila candidat

wpid-screenshot_2015-11-14-22-06-50-1.png

Selon une source concordante, le Secrétaire National du parti  la Convention du  Renouveau des Comores (CRC) Monsieur Hamidou Karihila est retenu pour défendre les couleurs de son parti dans les  élections du gouvernorat à Ngazidja de 2016. Très connu du monde diplomatique, l’ancien Ambassadeur des Comores en Arabie Saoudite, Hamidou Karihila est aujourd’hui considéré dans la région de Hamahamet et en Mbeni précisément étant l’héritier politique du feu Président Mohamed Taki Abdoulkarim. Ce dernier demeure toujours une idole à Mbeni et dans le Hamahamet.

image

Dans la politique, Karihila a fait son apparition publique juste pendant et après la crise qui a secoué la CRC qui a conduit cette dernière à une scission aboutissant à la création du parti Radhi d’Abdou Soef et Houmedi Msaidié. Hamidou Karihila est choisi pour être candidat du parti CRC en reconnaissance d’un travail bien fait pour avoir réussi à stabiliser la CRC pendant sa crise mais aussi pour l’avoir bien dirigé lors des élections législatives (deux députés sur 5 candidats qui étaient passés au second tour), a indiqué notre informateur. Et notre source de préciser que le candidat de la CRC lors des élections législatives de 2015 à Hamahamet, soutenu par Karihila, a été battu au deuxième tour par le candidat de l’UPDC avec un score très serré. « Et lui-même (Hamidou Karihila) avait gagné les élections législatives de 2009 contre Mamadou alors candidat du régime Sambi mais le gouvernement les avait  truquées en faveur de l’actuel vice-président des finances, a-t-il ajouté ». C’est dire, renchérit-il, que Hamidou Karihila a un fief et a une région qu’il peut compter pour redonner le pouvoir à la CRC.

En a croire notre source, Hamidou Karihila est bien parti pour succéder Mouigni Baraka à Ngazi-Ngomé si et seulement si le parti d’Azali travaille bien dans les autres régions de l’île comme il l’a fait lors de récentes élections législatives. En effet, quatre (4) candidats au second tour dont deux élus députés, dans des régions très peuplées à savoir Hamahamet-Mboinkou, Oichili-Dimani, Badjini Est et Hambou n’est pas en soi un mauvais score. Autrement dit, la CRC a prouvé qu’elle est parmi les grands partis du pays et ayant la capacité politique, pédagogique et logistique pour faire passer ses candidats dans les prochaines élections de 2016 (les présidentielle et les gouvernorats).

Ahmed Bacar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*