Élections présidentielles 2016: Mamadou et la première dame

Le courant ne passe plus entre Mohamed Ali Soilihi (Mamadou) et la section mohélienne de l’Union pour le progrès des Comores (UPDC). Celle-ci menace d’apporter son soutien à un candidat adverse si le vice-président, candidat à la présidence de l’Union des Comores en 2016, continue à vouloir imposer Hadidja Aboubacar comme candidate au gouvernorat de Mohéli.

image

A Mohéli, selon des informations de La Gazette des Comores, le bureau régional du parti au pouvoir, l’Union pour le progrès des Comores (UPDC), a décidé de ne pas se faire imposer depuis Moroni un candidat au poste de gouverneur de l’île.

Si le choix de l’UPDC-Mohéli n’est pas encore fait sur le nom du candidat, il est en tout clair que Hadidja Aboubacar ne portera pas les couleurs du parti dans la course pour Bonovo. Le bureau régional du parti d’Ikililou a fait ses propositions qu’il dit non négociables pour cette élection.

Le candidat sera ou Abiamdri Mahmoud, le tout puissant directeur général de Comores Telecom, qui s’est libéré de la tutelle de la première dame ou Mohamed Ali Said, l’actuel gouverneur de l’île qui retrouve petit à petit le parti au pouvoir. Pour le bureau régional du parti au pouvoir, l’UPDC aura à choisir entre les deux pour la candidature au gouvernorat de l’île. Point à la ligne.
Le bureau de l’UPDC à Mohéli, poursuivant ses propositions, aligne Said Mohamed Ali Said et Abdou Madi Mari pour la vice-présidence de l’Union en 2016. Le bureau national du parti devra choisir entre les deux, selon les Mohéliens.

Ces derniers reprochent au vice-président de se « mêler de leur cuisine interne » en tentant de leur imposer une candidate. Et les critiques de se faire plus précises en direction de M. Mamadou et le bureau régional (de l’UPDC, ndlr) de Ngazidja qui n’arriveraient pas à s’entendre « aujourd’hui comme d’habitude » pour faire des propositions de candidature à la vice-présidence de l’Union et au gouvernorat de Ngazidja.
Selon un responsable du bureau régional de l’UPDC à Mohéli, le vice-président Mamadou aurait confié qu’il n’était pas convaincu de la victoire de la première dame mais il préfèrerait « sacrifier le gouvernorat de Mohéli pour faire honneur au président ».

Pour les responsables de la section mohélienne de l’UPDC, ce ne serait pas un honneur pour le président Ikililou de livrer une bataille perdue d’avance. Et de citer pour preuve la défaite aux législatives de février du candidat du pouvoir dans le fief même du président.
A cette humiliation toute récente, les dirigeants de l’UPDC-Mohéli ne voudraient pas en rajouter en perdant le gouvernorat avec la candidature si peu populaire de Hadidja Aboubacar.
L’UPDC-Mohéli se dit choquée également que le gouverneur, Anissi Chamsidine porte les couleurs du parti pour l’élection au gouvernorat d’Anjouan en 2016, « lui qui n’a jamais été de l’UPDC » alors que « Mamadou ignore Mohamed Ali Said, l’initiateur du parti ».

Selon notre source, qui a parlé sous le sceau du secret, la section mohélienne de l’UPDC est prête à changer son fusil d’épaule en soutenant un candidat adversaire de Mohamed Ali Soilihi alias Mamadou à la présidence s’il persiste dans sa volonté d’imposer la première dame comme candidate pour Bonovo.

Mohamed Hassani /LGDC

1 commentaire sur Élections présidentielles 2016: Mamadou et la première dame

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*