Electricité : Le gouvernement s’engage à donner à la Ma-mwe quinze mille litres de gasoil chaque jour

wpid-screenshot_2015-11-30-09-03-20-1.png

La Ma-mwe a fait savoir qu’il faut trente-cinq mille litres de gasoil par jour pour faire tourner ses centrales à plein régime. L’établissement public est en mesure d’acheter seulement vingt mille litres. Le gouvernement, par la bouche du vice-président en charge des Finances, s’est engagé devant les représentants du mouvement “Madji na mwendje” à offrir à la Ma-mwe quinze mille litres de gasoil chaque jour.

image

Le mouvement “Madji na mwendje”, initié par les femmes de Moroni, s’est rassemblé sur la place Badjanani, le samedi 28 novembre, pour faire le compte-rendu de la rencontre effectuée auprès de la vice-présidence chargée du ministère des Finances, du directeur de la société comorienne des hydrocarbures (Sch) et du staff technique de la Ma-mwe, vendredi dernier.

Lors de la réunion de mobilisation du samedi dernier Place Badjanani, la chef de fil de “Madji na mwendje”, Amina Hassanaly, a fait savoir à ses consœurs que le mouvement a recueilli des résultats positifs.

“Au cours des échanges, le staff technique de la Ma-mwe a fait savoir qu’il faut trente-cinq mille litres de gasoil par jour. La Ma-mwe est en mesure de fournir vingt mille litres, et le vice-président s’est engagé à donner à la Ma-mwe quinze mille litres de gasoil chaque jour. Il reste, maintenant, à voir ce que cet engagement sensé être effectif à  partir du 1er décembre prochain pour une période d’essai de trois mois, va donner.”

Pour la chef de file du mouvement, le respect de cet engagement sera un grand pas pour résoudre les questions de pénurie de l’électricité que traverse le pays. Toujours sur la question de carburant, le mouvement a également  obtenu la baisse à 300 francs – au lieu de 400 francs actuellement – du coût du litre de gazole au profit de la Ma-mwe.

Selon toujours Amina Hassanaly, la réunion du samedi dernier avait également comme objet de “sensibiliser sur la situation de l’hôpital El-Maarouf”. Lors de son intervention, la vice-présidente de la Fédération comorienne des consommateurs et membre du conseil d’administration de l’hôpital, Nasra Mohamed Issa, a soutenu que l’établissement ne souffrait d’aucune absence de texte.

“Le statut de l’établissement, le manuel de procédure, le règlement intérieur sont tous mis en place. Avec ces textes, le nouveau directeur aura les éléments pour s’appuyer et travailler pour stopper la grève qui dure depuis six mois.”

Mariata Moussa / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*