Epidémie de la peste à Madagascar : Tous les pays de la Coi seront dotés de test rapide d’ici dimanche

La direction générale de la santé a tenu hier dans son siège, une réunion pour mettre en place un dispositif afin de se préparer à une éventuelle riposte à l’épidémie de peste qui sévit à Madagascar ces derniers mois. Ont pris part à cette réunion, le ministère de la Santé, le service d’immigration, la douane, le transport, l’Anacm , la Production, l’Inrape, la brigade de gendarmerie de l’aéroport, El-Maarouf, la direction générale de la sécurité civile, l’Ocopharma et tous les acteurs concernés.
 
Selon le directeur général de la santé, Aboubakar Saïd Ali, le gouvernement a été sensibilisé et a mis en place le dispositif permettant de riposter si la maladie devait par malheur s’importer ici. 

 

    Des médicaments sont disponibles, les agents de santé ont été formés et sont capables de détecter la maladie et d’en assurer la prise en charge avance Aboubakar Saïd Ali.   

Par ailleurs, il a été recommandé de réactiver incessamment, les postes de surveillance sanitaires dans les ports et aéroports. “Les équipes seront opérationnelles dès aujourd’hui avec l’implication de tous les acteurs concernés” souligne le directeur général de la santé.
Le directeur technique de l’Ocopharma, Radjab Alhadhur, nous rassure pour sa part, que les antibiotiques utilisés pour lutter contre la maladie sont déjà disponibles à savoir, la streptomycine, la gentamicine, le chloramphénicol, ou encore la tétracycline.
“Tous les pays de la Coi seront dotés de test rapide d’ici dimanche” a-t-on appris dans cette réunion. En effet, l’unité de veille sanitaire (Uvs) de la Coi du réseau de surveillance des épidémies et des gestions des alertes (Sega) va doter tous les pays membres de la Coi, de test de diagnostics rapide (Tdr).
“Risque d’mportation minime”
“Des mesures à minima seraient d’ores et déjà mises en place à savoir, un dispositif de contrôle des bateaux sachant que le risque est plus élevé au port avec le transport des rongeurs, qui sont les porteurs des puces.
Une équipe de surveillance et de contrôle des passagers sera mise en place incessamment à travers la prise de température et la notification des patients à l’aéroport” fait savoir le Dr Chamsoudine Mohamed, épidémiologiste et responsable de la lutte contre la maladie, qui estime que le risque d’importer la peste par des hommes est très minime car
 
    en développant la peste, le patient est très fatigué et n’est donc pas autorisé à voyager. Il peut même décéder au bout de trois jours, voire dans les 24 heures précise-il. 

A l’issue de cette rencontre, des recommandations ont été faites pour mieux prévenir et au pire lutter contre la peste si elle devait arriver dans notre pays. Les acteurs présents ont proposé la mise en place d’une équipe multisectorielle ad hoc qui sera chargée du suivi des recommandations de la présente réunion.
Il est recommandé également de diffuser des notes relatives aux bonnes pratiques dans les points d’entrée du pays et continuer à sensibiliser la population.
Parmi les recommandations, c’est de renforcer les capacités des acteurs impliqués en matière de prévention et de lutte contre la peste, surtout les agents de santé qui seront déployés aux frontières à savoir, les douaniers , les services d’immigration, mais aussi mettre en place des équipes de surveillance de façon pérenne dans les ports et aéroports, sur l’ensemble du territoire national.
Autre proposition faite, c’est d’élaborer et mettre à dispositions au niveau des points d’entrée, des algorithmes décisionnels permettant de définir et de mieux gérer les cas suspects, et effectuer des contrôles relatifs au respect des règles de transport maritime.

Abouhariat Said Abdallah 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*