Est-ce c’est un malaise vagal, nous dit-on ou un geste de communication fort ?

Contribution: Ce qu’on a vu dans les réseaux sociaux est horrible pour les Comores. Même si on a assisté au niveau international à des scènes semblables à celle qui s’est déroulée aux Comores. Je m’en vais pour citer quelques exemples, lors de la campagne pour les élections présidentielles Américaines, on a vu la Candidate Démocrate d’alors, Mme Hillary Clinton être ramenée dans son véhicule avant elle ne s’écroule devant les caméras du monde. On a vu, à la Havane, Fidel Castro, qui se trouvait à la tribune lors d’un rassemblement devant quelque 60.000 personnes, a été victime d’un malaise.

Supposons que l’hypothèse d’un malaise vagal soit la plus plausible. D’autant plus que le Président Azali a commencé par bayer, signe de fatigue et de détresse et il est allé jusqu’à demander de l’eau pour boire. Dans ce cas-là, comment peut-on jauger le rôle du service de protocole du Président Azali ? Azali président de la République est une Institution, respectable et respectée. Pourquoi le service du protocole n’est-il venu avant pour vérifier la mise place du pupitre et déceler tout ce qu’il faut pour que le président Azali soit à l’aise lors de son allocution ? D’autant plus qu’il y a une forte chaleur qui sévit, dans cette période, aux Comores. Dans ce cas précis la faute est à qui ?

Nous, Comoriens d’ici et d’ailleurs, ne pouvons pas interdire à aucun média quel que soit sa nature surtout les médias digitaux comme facebook, Twitter etc… d’exercer leur noble travail de diffusion, de poster, de forwarder etc…. des informations numériques. Mais nous ne pardonnerons pas non plus, par manque de conscience professionnelle, par incompétence de la part des collaborateurs du président Azali, que la vitrine de notre pays soit salie de la sorte. Ne regardons pas les actes qu’il est entrain de poser et n’invoquons pas du tout le sort pour tenter d’expliquer les images horribles de notre président que les réseaux sociaux nous ont servies, car ne n’est pas du tout l’objet de ce texte mais Comoriens d’ici et d’ailleurs, analysons les faits et plaçons le curseur là où il faut pour pouvoir diagnostiquer ce qui est réellement passé en ce sens qu’aujourd’hui c’est Azali qui incarne par la grâce divine la présidence de la république mais demain ça sera le tour de Moustoifa, de Dine, d’Abdallah, d’Abdou, de Mohamed, de Mahamoud, d’Ansfoudine, Kalathoum, d’Athimar etc…. d’incarner la présidence de la République. Que dirions-nous demain si les mêmes faits se produisent dans les mêmes circonstances ? Que dirions-nous dans 2ans ou dans 4ans avec les évènements?

Invoquerons-nous Dieu pour nous consoler? Invoquerons-nous le mauvais sort ? Réfugierions-nous derrières ces genres d’arguments ? Moi je pense que non, dans ce cas, je suggère que la présidence de la République en l’occurrence, le président Azali mette à sa disposition une ambulance médicalisée qui sera gérée par son Médecin personnel qui, en cas d’accident, en cas de malaise et en cas de problème que ce soit que les premiers soins d’urgences soient assurés par des spécialistes en la matière. Car au vu de ce qui s’est passé à l’Université, le président Azali a été sauvé de justesse. Imaginons que c’était une crise engendrée par un évanouissement et une perte de connaissance prolongée, le président allait mourir facilement faute de Médecin traitant dans ses sorties.
Supposons que l’hypothèse d’un geste de communication soit la plus plausible.
Je ne pense pas que cela soit une bonne idée de communiquer pour un président de la République en simulant sur des scènes indécentes avec des images obscènes. Car Azali est connu comme l’homme qui respire politique, l’homme qui mange politique, l’homme qui se lave politique, bref l’homme ne vit que de la politique. Donc Azali sait très bien qu’avec les enjeux électoraux de 2019, si les Comoriens ont l’intime conviction que l’homme au slogan « Comores Emergeant d’ici 2030 », est malade, est soufrant et que son invalidité à gouverner, faute d’une bonne santé physique et mentale, peut constater et prononcer. Alors à ce moment-là, le président risque de ne pas être réélu en mars 2019, ce qui hypothéquerait son projet et ses ambitions politiques. Si c’est un geste de communication politique, je pense qu’il a choisi le mauvais moment, le mauvais endroit pour le faire. Car s’il montre des signes des faiblesses devant les étudiants, les intellectuels, les dirigeants de demain bref le monde universitaire alors ces derniers peuvent douter de sa capacité physique et mentale à gouverner le pays. Et lors des prochaines élections présidentielles de 2019, un vote sanction à son égard peut lui être défavorable dans la mesure où il a montré à tout le monde qu’il est malade donc ne jouissant pas de toutes les capacités à gouverner. Dans ce cas un vote à l’égard d’un candidat respire la forme qui est en bonne santé sera de mise chez tous les Comoriens.

Youssef Ahmed Assistant de Recherches Enquêtes et Etudes /CEFOREP Dakar Sénégal

2 commentaires sur Est-ce c’est un malaise vagal, nous dit-on ou un geste de communication fort ?

  1. Youssef Ahmed fichez nous la paix ok , tu parles d’un Azali en tant qu’une institution à respecter , foutaises , qu’en est est du pays , du peuple qu’il pietine , tu peux rester au sénégal et continuer à baver comme un chien galeux , Azali est loin d’être une institution à respecter pauvre minable que tu es Youssef Ahmed. Dieu lui a envoyé un signe pour lui annoncer sa chute finale et ça ne fait que rejouir le peuple comorien , que Dieu leur débarasse de ce fou , malade et maudit et mourant de président . Azali et son entourage peuvent continuer à se mentir de sa tumeur incurable , mais bientot inchallah les comores sera en paix , qu’il crève vite et aller en enfer ainsi que tous ceux qui cautionnent la destruction de ce beau pays .

  2. Mr youssef Ahmed , on dirait que tu cherche un poste à la présidence, c’ est pourquoi dès à présent , tu amadout le president .Tu es vraiment l’ avocat du diable .Bravo continue comme ça , le bonheur t’ attend,
    un poste d’ attaché de communication t’ attends à la fin de tes études à Dakar

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*