Est-ce que Moroni est aussi la capitale des Anjouanais ?

Opinion libre:

La violence et l’arrogance avec lesquelles le gouvernement d’Azali a traité les petits commerçants de Volo-Volo, interpellent tout le monde, et nous interpellent nous, les Anjouanais, en particulier. Et cela à plus d’un titre.
> D’abord, nous nous sentons agressés, aujourd’hui, quoique l’on dise, car c’est en grande majorité des jeunes Anjouanais des zones rurales surpeuplées et complètement sinistrées, qui vivaient de ce commerce informel et en faisaient vivre leur famille.

> Ce sont des citoyens qui ont été déjà humiliés, molestés avant d’être expulsés de Mayotte pour Ngazidja où ils croyaient se trouver chez eux.

> Ils ne sont pas rentrés à Anjouan, tout simplement parce que dans le cadre de l’Union des Comores, leur île Anjouan, ne leur permet pas de vivre, parce que cette Union ne donne aucun espoir de vie aux enfants d’Anjouan.

> Ils se sont installés à Moroni, car comme nous l’avons déjà dit (cf article « L ‘Union étouffe les îles »), Moroni et la Grande-Comore monopolisent tous les avantages et les richesses de l’Union des Comores.

> Ils se sont installés à Moroni, parce qu’ils croyaient que c’était leur capitale et qu’ils étaient dans leur pays.
Ou il faut nous dire si Moroni est seulement la capitale de Ngazidja ?

La façon dont le gouvernement d’Azali, s’est comporté, par l’intermédiaire du bouillant, sinistre et maladroit Kiki, renvoie à des périodes obscures de l’histoire d’Anjouan où Moroni par Taki envoyait l’armée contre les citoyens d’Anjouan, et où Moroni par Ali Swalihi ou Azali organisait des ratonnades contre les Anjouanais, dans la capitale.
On ne traite pas les citoyens d’un pays, comme si c’étaient des ennemis étrangers.
Surtout que ce commerce des rues fait partie d’une économie parallèle, informelle, qui constitue en fait une richesse pour Moroni.
Mais surtout, et c’est ce que ne comprennent pas les gouvernants, elle constitue une vraie soupape d’oxygène pour la société et le gouvernement en place : car où serait toute cette population jeune, pauvre désœuvrée, sinon dans la délinquance et la révolte, dans un pays où le gouvernement faut d’assurer les besoins de base pour la population : eau, électricité, éducation, santé, nourriture, dans un pays où le taux de chômage des jeunes est abyssal ?
Au lieu d’encadrer cette richesse, l’amplifier en réduisant les inconvénients, en voulant se débarrasser d’un électorat bruyant et hostile, mais en commettant un acte ignoble contre une « unité nationale » déjà fragile. Azali a préféré jouer encore au pyromane.
Et ces Kiki et autre maire de Moroni complètement inconscients qui se croient intelligents en commettant des actes et en proférant des propos arrogants et ignominieux qui insultent notre vivre ensemble.

Attention Azali, Anjouan ne vous est pas soumise et ne peut accepter que ses intérêts soient bafoués !!!
Après plusieurs mois de présidence, il devient de plus en plus clair qu’Anjouan n’a rien à attendre du pouvoir de Moroni : encore une fois, celuici se comporte en pouvoir grand-comorien, en privilégiant les intérêts d’une île. C’est pour cela que le pouvoir s’est permis d’agresser de la sorte les commerçants de Volo Volo .
Les moyens et la méthode utilisés auraient été tout à fait différents, s’il s’était agi de jeunes grand-comoriens, mais nous savons que ceux-là préfèrent d’autres « boulots » Mmanga.
: comme la question de l’énergie pour laquelle l’on apprend que dans les plans de résolution de la question de l’électricité, tous les moteurs neufs achetés ne sont destinés qu’à la Grande-Comore.

Et les forfaitures continuent.
De plus, Moroni voudrait se doter d’un port qui peut mettre encore plus à mal l’économie d’Anjouan, alors que la Grande-Comore voit son aéroport se développer en s’ouvrant davantage sur le régional et l’international et en bénéficiant notamment des services du gros porteur d’Inter Air Iles, que les Anjouanais ne pourront emprunter qu’au prix d’un autre voyage.
Dans l’histoire, l’État d’Anjouan était plus puissant et plus florissant que l’État de Komor (Ngazidja) ; ce n’est pas parce que la suprématie anjouanaise a été réduite par la colonisation et l’État d’Anjouan contraint de se diluer et intégrer un pays créé de toutes pièces, « le territoire des Comores », que les Anjouanais vont accepter de subir la domination et l’oppression grand-comoriennes.

En rappel :
Il est grand temps que les pouvoirs de Moroni comprennent que « l’Union » du pays ne peut vivre que dans l’égalité, la solidarité et le respect des intérêts des uns et des autres.
Refondons le système. La politique partisane et parfois hostile menée par Moroni conforte de plus en plus l’idée que les intérêts d’Anjouan et de Mohéli ne peuvent être préservés dans le système actuel.

Pour l’heure, nous devons nous mobiliser, faire preuve de vigilance pour faire échec à toutes les atteintes aux intérêts d’Anjouan et œuvrer pour la modification des institutions actuelles pour un système où chaque île aura vraiment la main sur la vie quotidienne de son peuple.
Anli Yachourtu JAFFAR

 

 

1 commentaire sur Est-ce que Moroni est aussi la capitale des Anjouanais ?

  1. Sans soutenir cette ignoble façon de régler le problème des marchands ambulants dans les rues de la capitales(car c’est un problème), je dois rappeler à monsieur Anli Yachourtu que tout jeune Comorien doit se sentir chez lui partout et tout le territoire national or dans ce point de vue les anjouanais n’aiment pas partager.
    En effet, tout fonctionnaire autre qu’anjouanais affecté en Anjouan provoque une adversité insupportable mais discrète de la part des fonctionnaires anjouanais jusqu’à ce qu’il démissionne lui même:on lui met la pression.
    Il va falloir qu’un jour le problème soit posé car cela, depuis des années, est un tabou chez les grand comoriens(na mrentsi ba Wawo ndo wanya nyasi).
    Quant à la richesse supposée de la grande comores, il va falloir qu’Anli me la montre car moi je la vois pas.
    L’Etat est complètement absent dans tout le territoire.
    En grande Comores le peu de choses qui marchent notamment dans la campagne, ceux sont les habitants des ces villages qui les font mais pas l’état.
    Je le dit car c’est comme ça que des charlatans ont manipulé les anjouanais lors de crise séparatiste en les faisant croire que les responsable de leurs problèmes étaient les grands comoriens alors que parmi ceux qui étaient en tête de ce mouvement ont participé à la décadence de notre pays.
    À l’exemple de Caambi El’Achurtui qui a occupé plusieurs postes gouvernementaux et à la fin qui est devenu séparatiste une fois qui n’étais pas aux responsabilités.
    En fait, la tolérance de notre pays ressemble souvent à de la lâcheté…
    Cet individu est aujourd’hui ambassadeur de notre pays à Madagascar.
    Même si c’est pas la première fois que notre pays jette des fleurs à ceux qui méritent une claque…
    Que dieu bénisse les Comores!
    Que dieu maudisse les charlatans de la république!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*