Étudier à Dakar, dans quel institut et pour quelle formation ?

À l’heure où les candidats au bac attendent les résultats  avec appréhensions et incertitudes, les familles s’appliquent à se projeter sur  la suite des événements. Certaines d’entre elles optent pour que leurs progénitures continuent leurs formations à l’étranger plus particulièrement au Sénégal. Étudier à Dakar oui, mais dans quelles universités ou instituts ? Pour quelles formations ? Sous quelles conditions ?

Ce sont des questions qui se posent inévitablement dès la conception de l’idée jusqu’au début des cours en passant par l’avènement à Dakar.

L’université, le premier choix du nouveau bachelier

Inconsciemment et sans connexions, les nouveaux bacheliers Comoriens qui débarquent à l’aéroport Sédar Senghor présentent un point en commun à savoir l’envie de poursuivre leurs études à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Les raisons de cette volonté se résument par  le caractère public de cette institution et la pluralité des formations dispensées. Dans ce temple du savoir, l’enseignement est classique et touche les plus grands domaines. Celles et ceux qui aspirent à devenir des scientifiques, la faculté des sciences et techniques (FST) offrent les possibilités en mathématiques, physique-chimie et informatique sans omettre les sciences naturelles et la biologie. Les futurs juristes et politiciens fréquentent la faculté de droit et de sciences politiques (FSJP) pendant que les apprentis économiste suivent les cours à la faculté des sciences économiques et de gestion(FASEG). La faculté de médecine et d’odontostomatologie accueille les aspirants à la pratique de la médecine. La dernière grande faculté concentre les historiens, les géographes, les partisans des lettres françaises et arabes sans oublier les amateurs de langues.comores-senegal

Vouloir et pouvoir sont des choses distinctes dans la pratique et les nouveaux bacheliers Comoriens l’apprennent souvent une fois leurs pieds posés à Dakar. L’envie d’étudier à l’université peut se heurter à la réalité dans la mesure où, il faut disposer d’un bon dossier et un niveau suffisamment fiable. Par conséquent la solution adéquate peut venir des universités à caractère privé. En dehors de cet aspect qui demande le paiement d’une mensualité, les possibilités de formation sont les mêmes à l’Ucad (www.ucad.sn ) et dans les autres universités privées telles que l’université du Sahel (www.unis.sn ), l’université Dakar Bourguiba (www.udb-sn.com ), l’université Ahmadou Hampaté Ba (www.uahb.sn ) et l’université de Bambey (www.bambey.univ.sn ).

La formation professionnelle aux écoles et autres instituts

À l’inverse des universités qui dispensent l’enseignement classique, les instituts de formation professionnelle mettent l’accent la pratique pour des profils prêts à l’emploi. Ils forment par conséquent des profils :

Marketing, des commerciaux, des comptables, des administrateurs et gestionnaires d’entreprises, des communicants, des journalistes, des télécommunicateurs, des informaticiens, des financiers, des assureurs, des banquiers, des fiscalistes, des juristes d’entreprises, des linguistes, des logisticiens, des cuisiniers-pâtissiers, des professionnels du tourisme, des infographes, des environnementalistes, des techniciens en génie civil et travaux publics, des développeurs d’applications, des politiciens, des diplomates, des infirmiers-sages-femmes, des statisticiens…

Les Comoriens de Dakar s’identifient de certaines grandes écoles de formation en ce sens où, ils fréquentent majoritairement ces structures. Pour toutes les formations, les instituts de formation professionnelle les plus prisés par les étudiants de nationalité Comorienne sont :

ISEG (www.isegcesmi.com ),  IMC (http://www.imc.sn/ ), ESUP DAKAR (www.esupdakar.sn ), ISMEC, ISIF (www.isif-groupe.sn ), ISI (www.groupeisi.com ), ISDD (www.isddsenegal.com ), IESMD (www.groupesig.com ), HEG, ISM (www.ism-dakar.com ), ESEBAT (www.esebat.com ), SUPTECH (www.suptech.info ), ESP (www.esp.sn ), ISCOM (www.iscom.sn ), ISCA, HECM, entre autres.

Med Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*