Expulsion des Comoriens : nos échecs fondent leurs forces

A Mayotte, depuis le début de l’année, plusieurs milliers de Comoriens ont été chassées de villages par des Mahorais qui sont souvent la plupart d’entre eux d’origine comorienne. Plusieurs de ces expulsés, sont détenteurs de la nationalité française, soit en situation régulière dans cette ile de l’archipel, des Comores sous administration française. Ces opérations d’expulsion sont menées dans plusieurs communes par des « collectifs d’habitants » qui se sont constitués pour chasser de force les Comoriens  accusés de tous les maux : cambriolages, vols de récoltes, surcharge des écoles, asphyxie du système de soins, accaparement des terrains… Ces opérations illégales sont soutenues par la quasi-totalité des élus mahorais et les maires continuent de refuser de contribuer aux opérations de relogement.

image

Ces images d’enfant comoriens dormant á même le sol sur le parvis de la Place de  la République à Mayotte est une honte pour la France, le paays des droits de l’ homme  et surtout une honte pour nous Comoriens par notre inaction et notre incapacité à trouver des solutions á ces expulses qui ne veulent pas du tout revenir dans leurs iles d’origine.

Ces expulsions sauvages de nos compatriotes à Mayotte, a mis  á nue aux yeux du monde entier notre incapacité à fonder un pays qui assure le minimum des services sociaux de base à ses habitants. Les échecs de notre pays, entretenus, faut-il le rappeler par l’ancienne puissance coloniale, renforcent la haine des mahorais vis à vis des habitant des autres iles de l’archipel.

Certes des progrès immenses ont été accomplis par notre pays, dans le domaine de l’éducation, de la santé, des infrastructures, de télécommunication…. mais nous avons lamentablement échoué à fonder un véritable Etat de droit ou la loi prime sur toute autre chose. Nous avons échoué à fonder un Etat nation qui transcende nos querelles insulaires, régionales et villageoises. Nous avons échoué á établir un véritable état civil et un cadastre pour sécuriser nos biens immobiliers. Nous avons lamentablement échoué dans la gestion des deniers publics. Nous avons laissé le pays et la nation s’autodétruire.

Il faut avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaitre que dans cette première manche du combat qui nous oppose á nos cousins de Mayotte depuis 1975, puisqu’il s’agit d’un combat pour ne pas dire la guerre de salive, ces derniers ont gagné. Ils sont gagné en réussissant à réunir la presque totalité des partis politiques français dans leur combat visant à la départementalisation de l’île de Mayotte en dépit des condamnations des instances internationales. Ils ont gagné en réussissant á créer artificiellement et en déformant notre histoire commune, un peuple mahorais qui ne se reconnait dans notre comorianité. Ils ont réussi avec le soutien financier de l’Etat français à moderniser leurs services sociaux de base qui étaient au même niveau que ceux des autres îles à l’accession de notre pays á l’indépendance en 1975. Ainsi leur système éducatif et sanitaire sont plus performants que les nôtres, jusqu’aux années 90, plusieurs mahorais venaient à Anjouan et à la Grande Comore pour se scolariser et se soigner. De nos jours, nos frères et sœurs, nos enfants meurent par milliers par an pour aller respirer la prospérité d’á côté ou tout simplement se soigner et accoucher.

Pour donner une réponse à ceux qui nous insultent á Mayotte et nous humilient, il convient de relever le défi du développement en faisant en sorte que nos enfants puissent gagner la seconde bataille en constituant un Etat de droit géré dans la transparence et l’équité, où il fait bon vivre. Nous avons les capacités d’atteindre cet objectif à moyen terme. A ce moment-là, nos enfants poseront leurs conditions à la France pour la réintégration de Mayotte dans son giron naturel.

ComoresDroit

1 commentaire sur Expulsion des Comoriens : nos échecs fondent leurs forces

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*