Fahmi donne le ton

Moins d’une semaine après le discours de Ouani du Président de la République et moins de 48 heures après les suspensions de magistrats à Anjouan, le ministre de la Justice,  Garde des Sceaux Fahmi Said Ibrahim a tenu un discours de fermeté à la nouvelle équipe de magistrats du Tribunal de Mutsamudu ce vendredi.
L’image de la Justice est ternie dans le pays et principalement à Anjouan et ils ont la lourde responsabilité de redorer son blason. Le comorien vivant à Anjouan doit retrouver la confiance en la justice de son pays. Il y avait ici des habitudes totalement inacceptables qui doivent impérativement corrigées. 

Le ministre attend du tribunal de l’impartialité,  de l’équité,  et un stricte respect de la loi et de la déontologie comme l’exige le Chef de l’État et son gouvernement. 

Il a aussi demandé aux forces de l’ordre et notamment à la gendarmerie de faire preuve d’un peu plus d’efficacité dans l’exécution des décisions de justice.

Beit Salam

1 commentaire sur Fahmi donne le ton

  1. Vous parlez d’impartialité, de redorer le blason, d’efficacité dans l’exécution des décisions de justice… Moi, je demande, il est où là justice, De laisser ceux qui ont commis les plus grands délits dans l’affaire brando et de s’accaparer que de quelques têtes qui n’ont juste fais que suivre le troupeau, soit disant qu’ils sont vu dans une vidéo ? Il est où la justice ou la démocratie de retenir quelqu’un derrière les barreaux pendant plus de 48h,juste pour une déclaration et sans le juger pour ensuite le transférer en prison ? Il est où la démocratie de priver aux familles de ces détenus l’information sur l’arrestation jusqu’à l’emprisonnement de leur proche ?
    Essayez un moment donné de penser positif. Ces jeunes gens détenus contre devraient être fiers d’eux. Nous aussi tous devrions être fiers pour eux. D’une part, c’est vrai que c’est l’image du pays qui était sali, mais également d’autre part, ca été comme un déclic pour le gouvernement, voir l’état. Un peuple qui était sous le choc de la disparition et l’assassinat de la fillette de 3ans à Hombo, suivie de l’assassinat de la dame à SOS. Je pose la pose la question, la justice en est où avec l’affaire de la fillette ? Elle est retrouvée. Oui. Mais est ce que cela doit suffir ? Ah! Je peux comprendre. Sa famille ne veut plus en entendre parler de cette affaire. Dieu seul en est juge. Mais là,notre justice où est elle ? Qu’est ce qu’elle fait ?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*