Ffc : La Direction nationale technique de foot sert à rien

wpid-screenshot_2016-03-18-05-45-27-1.png

Durant la première étape de la course vers le Mondial Russis 2018, les Comores ont pu créer une sensation contre le Ghana.  Après l’aller soldé par un nul vierge des buts, les Coelacanthes d’Amiredine Abdou ont réussi à donner de l’espoir aux comoriens.

image

Mais au Yara Baba Stadium de Kumasi au Ghana, ils ont été surpris par un arbitrage jugé partial par les Verts. Ils ont été écartés (2-0) de la compétition par les coéquipiers d’Asamoah Gyan. Durant les deux matchs, la presse sportive mondiale ont communié sur un arbitrage fantaisiste à l’encontre des jeunes Coelacanthes. A Mitsamihuli, l’arbitre central et Zimbabwéen Norman Matemera s’est opposé d’un vrai but marqué par le comorien Ali M’madi (82e).

La presse mondiale a beau épuiser sa salive et son encre en faveur des Comores en vain. Matemera a écopé d’une suspension de cinq ans des activités de la Caf et la Fifa. Mais sans effet pour les Comores qui attendront pour dans une phase similaire, les préliminaire du Mondial Qatar 2022.

Le championnat du monde arabes des moins de 12 ans, les Comores ont été vice-champions. Ils auraient pu l’emporté face aux jeunes du Soudan si ce n’était pas leur effectif sectionné depuis Moroni. Les élèves d’Universel de Vuvuni ont pris part à la compétition du Qatar, le Jeem cup, avec un groupe de 11 joueurs au lieu de 15. Le ministère en charge des sports a tout faussé et été, quelque part partisan, de la défaite de ces jeunes en finale, contre le Souda (2-2, 3-4 a.t.b).

Malgré ces séries d’échecs des clubs nationaux, la direction technique nationale de football n’a jamais soulevé le ton. Elle n’a jamais proposé un mode de travailler aux clubs afin de corriger les erreurs et ce qui ne marchait pas durant les dernières compétitions.

Le football national semble abandonner à lui-même. Les clubs essayent eux-mêmes de faire honneur au pays mais aucune politique n’a été jamais instaurée pour développer ce secteur. Pour cela les comoriens deviennent des réguliers des premiers tours des compétitions internationales. Dans cette situation, les clubs peuvent se réjouir des moyens qui y sont entre autre déboursés par les instances compétentes pour leur participation à ces compétition.

Eliedjouma

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*