Football, Coupe Arabe dans l’Archipel des Comores, annulée : « Petit pays, probable, mais petit honneur, jamais ! »

Le jeu de cache-cache joué en solo par Belouizdad se traduit par le choix du championnat national au détriment de la Coupe de l’Uafa. Cette initiative fait couler beaucoup d’encre et de salive dans l’Archipel. Le président de la Fédérat

ion Comorienne de Football est explicite : « Le patron du Football algérien est un frère. Assouplir une position est un geste humain. Mais, sacrifier une cause et ne pas agir conformément aux règles de l’Uafa qui régissent cette compétition est une clause naturellement taboue ».

Pour les fervents du ballon rond, les arguments avancés par l’Algérie pour justifier leur forfait ne tiennent pas debout. Il s’agit entre autres, de l’indisponibilité en temps pour assurer une présence avec ponctualité aux Comores, d’un problème financier pour s’acquitter en dollars des taxes de l’étape Nairobi/Moroni. Pour la ponctualité, l’horaire de la 6e journée a été revu pour faciliter ce déplacement vers l’Océan indien.

La Ligue locale a apprécié avec un bon œil la requête adressée par Chabab Riadhi Belouizdad, relative à avancer le match précédant le déterminant duel de la Coupe de l’Uafa, Union Arabe du Football Association, de 2 à 3 heures. Ce planning, qui reflète un réel terrain d’entente, aurait permis aux Algériens de prendre aisément le vol Alger/Moroni, le lendemain. « En ce qui concerne les dépenses afférentes au déplacement, le Comité d’Organisation de l’Uafa endosse les charges », entend-on ici et là.

En réalité, l’adversaire de Steel Nouvel privilégie le championnat national. Si Belouizdad hésite à affronter le public local, les joueurs doivent se rappeler que les Comores regorgent de forte communauté algérienne. On côtoie les Algériens de souche dans des chancelleries ou les organismes non gouvernementaux, œuvrant dans l’Archipel. En revanche, les plus nombreux sont les Algériens de cœur. Ce sont les Comoriens qui ont effectué les études supérieures en Algérie depuis l’époque soilihiste. Ce grand monde réserve à Belouizdad un accueil d’une immense pompe.

L’honneur d’une patrie, sacré

Tourqui Salim, patron du football comorien rejette l’hypothèse de livrer, conformément aux vœux de l’adversaire, les 2 matches en Algérie, moyennant une alléchante contrepartie. « Cette formule (aller/retour à l’étranger) était possible quand le pays ne disposait pas des infrastructures footballistiques répondant aux normes internationales. Mais, aujourd’hui, elle est reléguée en désuétude ». Un patriote avéré et convaincu ne marchande pas l’honneur d’une nation. Il existe peut-être un petit pays, mais jamais un petit honneur !

Interrogé sur les rumeurs qui envahissent l’Archipel, selon lesquelles, le forfait des Algériens est une chance pour Steel Nouvel. « Je réponds au titre d’un sportif. Je pense que le représentant des Comores n’aurait pas dû suspendre ses matches du championnat. S’entrainer sans se mesurer avec un adversaire n’assure pas une évaluation rationnelle et instructive. La compétition donne des repères et permettent de colmater les imperfections. Steel Nouvel reprend le championnat le dimanche 21 octobre prochain ». Sur le remboursement des dépenses engagées par les Anjouanais pour les préparations : « Nous avons accompagné Steel Nouvel. Nous avons saisi la Commission de Discipline de l’Uafa pour statuer sur ce dossier aussi bien financier que technique. Nous sommes confiants et patients », clarifie Tourqui Salim.

BM Gondet (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*