France – Comores : une nouvelle feuille de route

« Une nouvelle feuille de route est en train d’être élaborée », c’est ce qu’a annoncé hier à Moroni le chef de la diplomatie comorienne, Souef Mohamed El Amine.

Alors que les relations diplomatiques entre la France et les Comores sont tendues par la question de Mayotte depuis plusieurs mois, Souef Mohamed El Amine a indiqué à la presse comorienne que malgré la tension, «les négociations entre Paris et Moroni se poursuivent dans un cadre bilatéral avec l’espoir d’ aboutir à un accord avant la fin de l’été».

Depuis la grande crise sociale qui a paralysé durant plus d’un mois l’île de Mayotte en début d’année, les relations diplomatiques entre la France et l’Union des Comores se sont en effet envenimées.
Moroni refuse depuis le 21 mars 2018, d’accueillir sur son territoire les bateaux et avions avec des Comoriens sans papiers, reconduits à la frontière au départ de Mayotte.
En réplique l’ambassade de France en Union des Comores, ne délivre plus de visas Schengen aux ressortissants comoriens. Une restriction qui n’est pas sans conséquences sur la vie des Comoriens dont la diaspora en France s’établirait à plus de 500 000 personnes. Exemple, des étudiants inscrits dans des universités françaises se retrouvent pris au piège de l’imbroglio diplomatique franco comorien.

Lors d’une conférence de presse hier à Moroni, le chef de la diplomatie de l’Union des Comores a été interpellé sur l’impact de cette décision française de ne plus délivrer de visas Schengen aux comoriens,
(l’ambassade de France à Moroni étant la seule représentation diplomatique Européenne dans l’Union des Comores). Au sujet des étudiants bloqués et des malades qui souhaitent aller se faire soigner à Mayotte, à la Réunion ou en France Hexagonale, Souef Mohamed El Amine explique que la France serait disposée à des compromis quant à leur dossier de demande de visas.
Au ministre comorien des affaires étrangères d’ajouter que :

les négociations avec la France se poursuivent dans un cadre bilatéral, que c’est un travail de longue haleine et j’ai bon espoir qu’avant la fin de l’été nous trouverons une solution. Une nouvelle feuille de route est en train d’être élaborée.

Une première feuille de route avait été signée le 12 septembre 2017 lors du 5ème Haut Conseil paritaire France-Comores dans le but d’aller « vers un cadre propice à une circulation régulière des personnes et en toute sécurité ». Des milliers de Mahorais ont contesté le document dans la rue en fin d’année dernière jusqu’à obtenir la suspension de l’accord bilatéral. Les Mahorais s’opposent à tout accord impliquant la vie sociale et économique de leur île sans une consultation des élus locaux. Une seconde feuille de route serait donc en cours d’élaboration.

La population de Mayotte (101ème département Français) clame son appartenance à la République Française. Au nom du principe de «l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores», les autorités comoriennes, contestent la présence française à Mayotte. Le contentieux est vieux de quarante-trois ans.
Anciennes colonies françaises, trois des quatre îles de l’archipel des Comores ont fait le choix de l’indépendance le 6 juillet 1975.

Hakime Ali Saïd/Mayotte1er

6 commentaires sur France – Comores : une nouvelle feuille de route

  1. Andriantsouli tu parle n’importe quoi,tu te permet d’entamer une discution qui te depasse.il ne faut pas confondre la vie des comoriens et cel des mahorais,certe nous sommes pauvre mais on vie en harmonie contrairement a vous qui depend totalement aux colons.moi personnellement je n’a jamais touché une somme quelconque vennant de mayotte,donc le peux des gens qui travaillent la bas c’est pas tout les comoriens.bientot sa sera mayotte qui courrait vers comores.aller voir les maisons des comoriens est confondé celle de mayotte.vous qui vivez dans des cabane ou mabanga ya mbouzi,c’est rare de trouver un mahorais qui vie dans une maison confortable.donc tu veux nous faire croire que c’est l’herdorado la bas mais tu te trompe.

  2. Ce n’est pas souef El amine qui est un abruti Ali wali, c’est tous les comoriens qui sont abrutis, égocentrique et mégalomane. Vous étiez toujours des incapables avec une vision très courte à tous les niveaux. Des espèces incapables de se projeter dans l’avenir afin d’anticiper et offrir un bon avenir à leur peuples. Des vrais intellectuels au Comores c’est des gens comme Mohamed bacar, mais les comoriens n’aiment pas car ils sont aveuglés par des hypocrites comme Mohamed Abdallah qui est un voleur de terre et qui croyait qu’avec la vanille et le girofle il ferait de Comores une puissance mondial, cheik un pseudo diplômé, sambi un idiot, azali un puchiste, mais vraiment tous des imbéciles élus par des imbéciles. L’avenir des comoriens est entre les mains des mahorais et de la France. C Mayotte qui nourrit les comoriens avec des transfert de fonds venant de Mayotte et France. Sans nous, vous serrez tous déjà mort de faim. Bande d’idiot. Vous devez remercier les mahorais

  3. Je suis d’avis que ce enième plan échouera et tombera dans les oublis du passé car les Mahorais tels que le petit dernier de la famille en pleurs finira par avoir raison et dans la rue pliera la France.
    Donc, il ne faut pas lâcher la pression. la France va geler les avoir, lâcher le CFA comorien. Foutaises ! Qu’à cela ne tienne, il ne faut rien lâcher !

  4. Les harkis maorais ne font rien sans l’autorisation de son maître.
    En effet, les manifestations des harkis maorais après la signature de la première feuille de route a été un coup monté par l’occupant pour justifier le non respect
    de son engagement.
    Souvenez vous des récents blocages de l’îles par les maorais, il a suffit que l’occupant sort l’histoire « une communauté de l’archipel des Comores » pour que les harkis maorais prennent peur et libèrent les routes.

  5. Le petit Amine est entrain de se faire rouler dans la farine.
    En effet, l’occupant a déjà signé une première feuille de route qui n’a pas respecté alors à quoi bon un deuxième cinéma.
    Charles Pasqua a dit je cite « Les promesses n’engagent que ceux qui les croient ».
    Ils vont signer ce bout de papier, les comoriens vont de nouveau accepter de recevoir les chassés de Mayotte et le lendemain l’occupant déchirera ce bout de papier et l’affaire est terminées.
    Quels abrutis!!!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*