François Hollande annule son voyage aux Comores et dans l’océan indien

ikililou_dhoinine_francois_hollande_Le président François Hollande a annulé son voyage aux Comores où il devait assister au Sommet de la Commission de l’océan Indien « COI ». L’annulation intervient suite à la disparition d’un avion de l’Air Algérie. Il y avait 51 français à Bord du vol AH5017.

La tenue du 4ème Sommet de chefs d’Etat et de gouvernement prévue pour le 26 et 27 en juillet se déroulera sans la participation du président Hollande mais cela ne devrait pas perturber le bon déroulement du Sommet. Le président Ikililou Dhoinine recevra ses homologues de l’océan indien uniquement dont le président malgache, Hery Rajaonarimampianina, ainsi que le président des Seychelles, James Michel et le Premier ministre mauricien, Navin Ramgoolam.

1 commentaire sur François Hollande annule son voyage aux Comores et dans l’océan indien

  1. QUI DE AZALI OU DE MAMADOU CONDUIRA L’ARCHIPEL EN 2016?

    Le futur locataire de Beit-Salam aura un chantier colossal à réaliser. Par ailleurs, l’un de deux doit se préparer à deux défis majeurs:

    Premièrement, il doit relever le défi du terrorisme international car, il secoue l’Afrique de L’est et qu’il est possible dans la prochaine décennie que ce dernier s’introduise aux Comores.
    Ensuite, avec l’apparition supposée des ressources pétrolières auxquelles pourraient alimenter les conflits internes.

    Et enfin, il faut être capable de gérer notre future diplomatie car, elle prendra une toute autre allure.

    Cependant, la prochaine élection présidentielle sera déterminante pour l’avenir du pays. Il faut souligner que le fauteuil sera disputé entre deux hommes clés:
    -Il s’agit du colonel Azali Assoumani et le vice-président actuel chargé des finances Mr Mamadou. Chacun de deux dispose un profit auquel pourrait intéresser les instances internationales et les superpuissances.

    Quant au premier, il est l’homme idéal pour la sécurité en tant qu’ancien militaire puisqu’il connait un peu la région, et qu’il capable de rétablir l’autorité dans un pays où les frontières s’effritent. Pour le deuxième, il intéresse les institutions financières car, il a vécu les rouages de la finance et qu’il dispose un profit, au vue de la crise économique actuelle.

    Bien que ces deux hommes soient présidentiable aux yeux de la France, mais Azali dispose une marge importante par rapport à Mamadou.
    En d’autre termes, les socialistes préfèreront le retour du colonel que toute autre personne. Donc, il reste aux deux candidats de se différencier dans leur politique internationale. Nous ajoutons une anecdote qu’au moment où le colonel avait pris le pouvoir, il y avait un gouvernement socialiste au pouvoir. si aujourd’hui un pouvoir fort est nécessaire, il doit être accompagné par des institutions fortes.

    La constitution de 2001 a fait son temps.
    D’abord, elle a pacifié le pays, même si c’est à minima mais, le pays a évité les coup d’états à répétitions.

    Néanmoins, il est temps de modifier en profondeur cette constitution afin de renforcer démocratiquement les pouvoirs du président. Dans ce contexte, la vraie séparation des trois pouvoirs est impérative. Si un renforcement des institutions il y a, nous n’aurons pas besoin de la tournante, ni l’élection des gouverneurs, car ce système coûte cher à l’état.
    Aujourd’hui, nous disposons des têtes pensantes capables de réfléchir sur une constitution qui limitera les mandats et interdira toute prise de pouvoir en dehors de la loi. Dans cette optique, il nous faut une force républicaine capable de lire un texte de droit afin de préserver les institutions. La constitution actuelle, est improductive et antirépublicaine.

    D’abord, on ne partage pas le pouvoir, surtout le fauteuil du président comme un gâteau, d’ailleurs nous risquons d’avoir un président de type voyou parce qu’il faut absolument élire un grand Comorien même s’il est délinquant. Par conséquent, il est inutile de continuer sur cette constitution.

    Finalement, le futur président doit réunir tous les comoriens pour leur proposer une nouvelle perspective politique autre que celle existante aujourd’hui.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*