Gouvernorat de Ngazidja : une démission collective en vue

​INTERIM DE HASSANE HAMADI ET LA REACTION DES COMMISSAIRES.

Le débat sur la question de l’intérim du gouverneur Hassane Hamadi qui fait l’objet de  vives critiques, pourrait connaitre une suite fâcheuse. Des commissaires songent  rendre leurs tabliers, bien qu’ils fussent encore divisés sur l’option. Certains disent vouloir  répondre  l’« humiliation » par une démission collective.
C’est la réponse du berger à la bergère que les commissaires de l’ile autonome de Ngazidja veulent donner au gouverneur Hassani Hamadi. Se sentant humiliés et choqués par le manque de confiance qu’a montré le gouverneur à leur égard, certains commissaires ont proposé dans une réunion de crise entre eux de remettre une démission collective. Une option qui divise encore le conseil des commissaires.  Certains  ne voient pas en bon œil l’idée de mettre l’ile en crise  en 100 jours de son investiture. « Il n’y a aucun intérêt de rester dans une équipe quand on n’a pas  sa place, ni la moindre reconnaissance. La décision du gouverneur est lourde de conséquences et il doit l’assumer personnellement. Politiquement, c’est dure mais entant qu’homme responsable et serviteur du peuple, nous devront démissionner tous, pour exprimer notre indignation. Mais certains de mes collègues  commissaires refusent,  sous prétexte qu’ils ne veulent plus plonger l’ile dans une  crise, et pourtant la crise est déjà là  », nous déclarait un commissaire de Hassani Hamadi, sous couvert de l’anonymat.

Sous la pression de l’opinion publique et du conseil de l’ile, qui a affiché ses mécontentements en refusant de reconnaitre la suppléance d’Abdilah Mbaé,  les commissaires se sont donné rendez-vous ce jeudi afin de trancher sur la décision à prendre et sur leur sort,  après leurs rencontres de mardi et mercredi qui n’ont abouti à une position commune. De son côté, le parti CRAN du gouverneur Hassane Hamadi a convoqué une réunion restreinte ce mercredi à Ngazi NGomé pour tenter de trouver un issue de la  crise. A Mrodjou comme à Ngazi- Ngomé la question divise les partisans et sympathisants du gouverneur et le risque d’explosion est réel. Certains commissaires mènent l’offensif et le cabinet du gouverneur tente de dénouer la crise mais la tension est très vive. Certains commissaires sont très remontés et une démission collective pourrait intervenir dans les prochaines heures. A suivre…..
Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*