En ce moment

Grève : L’union de l’opposition appelle à soutenir les commerçants

Le 27 JANVIER 2020. Grève des Commerçants contre la surtaxe douanière.

Les organisations syndicales comoriennes, exceptée, celle d’Ussukani Wa Masiwa, ont décrété une grève de trois jours, à compter du 27 janvier 2020, contre la surtaxe douanière pour le retrait de leurs marchandises du port autonome de Moroni.

En effet, les commerçants toutes catégories confondues, prennent congé de leurs magasins pour trois jours. Un mot d’ordre respecté par tous les commerçants, la plupart des marchés de la capitale en l’occurrence Volovolo et Shindo Shambwani. Des portes de magasins et des restaurants fermées.
Ceci va impérativement impacter le chiffre d’affaire des commerçants et pourtant ils ont déclaré qu’ils poursuivront la grève tant que cela ne cesse pas. Les revendications des commerçants demeurent la partie visible de l’iceberg mais franchement les comoriens ont du mal à joindre les deux bouts. La hausse des prix des denrées de première nécessité inquiète plus d’un au grand dam du panier ménager.

Ce mot d’ordre de 72 heures de grève décrété par les commerçants et industriels comoriens, a été également suivi à la lettre à l’intérieur du pays et de la capitale par les petites et moyennes entreprises notamment les vendeurs informels qui jonchent les trottoirs de Moroni, les épiciers, les pharmaciens, certaines stations-essences, lesquels solidarisent avec les commerçants. Certains magasins ont été contraints d’ouvrir sur réquisition du procureur général. Tout ceci est le fruit d’une politique austère et apocalyptique menée par le colonel et ses acolytes.
L’union de l’opposition comorienne apporte son soutien indéfectible aux revendications des opérateurs économiques et salue leur détermination à enrailler les effets néfastes de la pression fiscale dont ils sont victimes et qui impacte la vie de tous les comoriens. L’union de l’opposition lance un appel pressant à toutes les organisations syndicales pour joindre leurs forces à celle des opérateurs économiques.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*