En ce moment

« Il faut que les agresseurs du conseiller du président soient jugés aux Comores, on les connaît »

L’agression du conseiller du président Azali Assoumani continue de faire réagir les proches du pouvoir. Ils demandent une réaction ferme du gouvernement et demandent justice.

1 commentaire sur « Il faut que les agresseurs du conseiller du président soient jugés aux Comores, on les connaît »

  1. LA VIOLENCE VERBALE CONTRE SAÏD ALI NTSOUDJINI EST LÉGITIME.

    La violence est une réponse d’une autre violence.
    Le monde entier a assisté aux images du PDG d’aire France. Ces dernières ont fait le tour du monde. En effet, ceux qui ont réagi en réponse de la criminalité organisée par le tyran sanguinaire azali assoumani Mugabe et ses individus ont reçu un applaudissement de la majorité de comoriens.

    Par ailleurs, dans un pays où la justice reste un suppositoire pour la famille du dictateur azali assoumani Mugabe, toute violence perpétrée contre les supports de ce pouvoir est justifiée.

    Tout d’abord, tous les maux auxquels connaissent les comoriens proviennent de la famille du dictateur azali assoumani Mugabe. Car, les deniers publics sont partagés par azali assoumani Mugabe et ses complices. Et SAÏD ALI relève de cet axe du mal.

    Ensuite, les geôliers sont pleins. Cela suscite la colère des citoyens. Si SAÏD ALI était un homme religieux et respectueux de l’islam, il aurait dû faire cogiter au dictateur azali assoumani Mugabe que la situation est plus qu’explosive. Il dirait également que mieux vaut dérober chez le voisin que de s’en prendre aux peuples.

    Or, SAÏD ALI continue toujours à conseiller un tyran sanguinaire azali assoumani Mugabe. Sachez que la famille du commandant faicoil, le major Nasser et les autres garderont une haine à l’encontre de ceux qui ont participé de Loin où de près à cette tuerie. Si le seul moyen de redonner la dignité aux peuples comoriens est la mort de l’entourage du dictateur azali assoumani Mugabe, il va falloir user la violence. Comme disait Gandhi  » le choix entre violence et lâcheté » il est préférable utiliser la violence.

    Pour conclure, SAÏD ALI et l’ensemble de ses criminels ont eu ceux qu’ils méritaient.
    J’appelle l’armée comorienne de développement à rentrer dans l’histoire. Car, le monde est entrain de se métamorphoser en chassant les dictateurs au pouvoir. Morales BOLIVIE.

    Toute prise illégale du pouvoir Aux Comores serait justifiée.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*